Le chemin parcouru de l'Institut d'études féministes et de genre à l'Université d'Ottawa

1970   Grâce aux efforts d’un groupe de pionnières dévouées, des disciplines telles qu’English, histoire, lettres françaises, psychologie, science politique, sciences religieuses et sociologie développent les premiers cours traitant de questions reliées aux femmes à l’Université d’Ottawa.

1980   Un comité de coordination des études des femmes, constitué de professeures et d’étudiantes de la Faculté des arts et de la Faculté des sciences sociales, conçoit le canevas d’un programme en études des femmes.

1983   L’essor des études des femmes à l’Université d’Ottawa entraîne graduellement une réorganisation de ses structures administratives. Le Sénat approuve officiellement la création d’un programme bilingue en études des femmes, offert au niveau du premier cycle et rattaché au cabinet du vice-recteur aux études. Ces changements sont endossés par l’administration centrale qui engage aussi l’Université d’Ottawa à prendre les devants « dans la promotion des femmes sous tous les aspects de la vie universitaire » (Énoncé du mandat de l’Université d’Ottawa).

1985   Le Secrétariat d’État accorde une Chaire conjointe en études des femmes aux Universités d’Ottawa et de Carleton. À l’heure actuelle, le Canada compte cinq chaires, situées à Halifax, Québec, Ottawa, Winnipeg et Vancouver.

1992   Le programme en études des femmes reçoit un généreux appui de la part de deux donateurs de marque : la Banque de Montréal, qui octroie des fonds pour le programme de chercheure invitée en études des femmes, et le Fonds de développement en études des femmes, créé grâce à la Fondation Minto dans le but d’accroître et de hausser la visibilité des études des femmes.

1995   Un autre point tournant dans l’histoire des études des femmes à l’Université d’Ottawa est l’établissement du programme pluridisciplinaire en études des femmes au niveau de la maîtrise. Entièrement bilingue, ce programme a pour objectif de combiner des études de deuxième cycle dans une discipline particulière avec l’approche féministe et les problématiques développées en études des femmes. Seize disciplines participent présentement au programme pluridisciplinaire.

1999   L’Institut d’études des femmes remplace le programme en études des femmes. Il s’agit d’une étape marquante qui reflète le dynamisme de ce champ d’études et de recherche au sein de l’Université d’Ottawa. Simultanément, les revenus générés par le Fonds Minto permettent le lancement de la Conférence annuelle Shirley Greenberg en études des femmes.

2000     Embauche des deux premières professeures à affectation multiple à l’Institut d’études des femmes. Celles-ci ont une affectation secondaire à une autre discipline. Au courant des douze dernières années, sept autres professeures ont été embauchées selon ces mêmes critères.

2004     L’Institut d’études des femmes passe sous l’administration de la Faculté des sciences sociales.

2004     L’Institut d’études des femmes reçoit un généreux appui de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) et du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) pour le projet de « Chercheur-e invité-e en perspectives féministes sur la mondialisation » (Carleton University-Université d’Ottawa, 2004-2008).

2005     L’acquisition de la Chaire de recherche du Canada en genre, migration et santé (affectation secondaire à l’Institut de recherche sur la santé des populations) (2005-2015).

2008     L’Institut d’études des femmes reçoit un généreux appui du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) pour lancer la phase II du projet de « Chercheur-e invité-e en perspectives féministes sur la mondialisation » (Carleton University-Université d’Ottawa, 2008-2010).

2008     La création et le lancement d’une maîtrise autonome et d’un doctorat en études des femmes. Ces programmes sont offerts en français et en anglais.

2011     La création de l’Association des étudiant-e-s diplômés en études des femmes (AÉDÉF).

2012     Lancement de la réforme des programmes de premier cycle de l’Institut d’études des femmes.

2014     L'Institut d'études des femmes devient l'Institut d'études féministes et de genre.

Haut de page