Message de la directrice

Dominique Bourque

Bienvenue à l’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa

Outre son mandat éducatif, l’Institut génère et encourage des recherches interdisciplinaires sur les femmes, les autochtones et les autres groupes minoritaires ou minorisés, dans une optique de justice sociale et un cadre bilingue cosmopolite. Pour ce faire, il mise sur la riche production des travaux féministes, postmodernes et postcoloniaux. Il le fait aux paliers local, national et international, et en respectant le lègue féministe de la mise en relation de la théorie et de la pratique.

Notre corps professoral, constitué de neuf professeures, est reconnu à l’échelle nationale et internationale pour ses recherches et son expertise dans des domaines très variés. Ces domaines portent sur la santé des femmes, les droits de la personne, les mouvements sociaux, les politiques publiques, les migrations, la mondialisation, le développement international, les genres, les représentations artistiques ou politiques des personnes marginalisées, les théories féministes (matérialistes, queer ou transnationales), ainsi que des études antiracistes et postcoloniales.

Dynamique, l’Institut est l’hôte chaque année d’un vaste éventail de conférences et de séminaires, y compris la série des Cafés féministes et la Conférence annuelle Shirley Greenberg. Cette dernière met en vedette des conférencières et conférenciers inspirants telles la cinéaste abénaquise Alanis Obomsawin, qui a réalisé des documentaires sur les réalités des peuples autochtones ; Sara Ahmed, théoricienne des questions de migration, différence, mixité et inclusion ; ou l’écrivain Marie-Claire Blais dont les fresques embrassent les individus tant dans leur singularité que dans leur différentes appartenances (classe, sexe, de culture, de sexualité, etc.) et interactions.

Fondé en 1999, l’Institut offre depuis des programmes novateurs de premier cycle et de cycles supérieurs. Ses cours et séminaires portent sur les discriminations (raciales, sexuelles, queer, trans, de capacité, de classe, etc.), leurs intersections, leurs impacts et les manières de les contrer. Ils abordent les contextes sociaux, politiques et économiques de leur émergence et maintien, ainsi que les questions de représentations citoyennes, médiatiques et artistiques qui jouent un rôle dans leur reconduction ou mise en question.

L’Institut comporte une majeure et une mineure, trois baccalauréats bidisciplinaires (avec criminologie, science politique et sociologie), une maîtrise autonome, un programme pluridisciplinaire de maîtrise, ainsi qu’un doctorat autonome en études féministes et de genre. Depuis 2013, seulement au niveau des études supérieures (maîtrises et doctorats), nous avons octroyé plus de soixante-dix diplômes.

En 2012, nous avons lancé nos nouveaux programmes de premier cycle ; ceux-ci comprennent une série de nouveaux cours et de spécialités qui reflètent le dynamisme du domaine des études féministes et du genre. Ces changements mettent en relief trois thèmes de pointe qui misent sur les atouts de notre corps professoral et les consolident :

  • Féminisme et transnationalisme
  • Analyse féministe intersectionnelle
  • Genre, corps et sexualités

L’Institut continue de prendre de l’essor grâce aux demandes d’éducation féministe et de genre critique aux cycles supérieurs, et à la nécessité d’offrir des programmes en français dans ces domaines. Pour les étudiantes et les étudiants, l’emplacement de l’Institut dans la capitale du Canada offre un contexte riche en ce qu’il leur donne la possibilité de côtoyer et d’interagir non seulement avec des chercheures et chercheurs anglophones et francophones, mais également des membres des partis politiques et du gouvernement fédéral, ainsi que des militantes et militants d’organismes de femmes et d’ONG variés.

Si vous souhaitez en savoir davantage sur nos programmes, n’hésitez pas à nous contacter, il nous fera plaisir de vous renseigner.

Dominique Bourque
Directrice intérimaire

Haut de page