Pourquoi les études féministes et de genre?

étudiante

Pourquoi les études féministes et de genre?

Les étudiant-e-s inscrits à l'Institut d'études féministes et de genre de l'Université d'Ottawa bénéficient de plusieurs avantages. Elles/ils peuvent, en effet :

  1. compléter une majeure ou une mineure en études des femmes en français ou en anglais ;
  2. Poursuivre un baccalauréat bidisciplinaire en études des femmes et criminologie, études politiques ou sociologie ;
  3. Poursuivre des études de deuxième ou de troisième cycle en études des femmes. Elles/ils peuvent également poursuivre des études de deuxième cycle grâce au Programme pluridisciplinaire en études des femmes au niveau de la maîtrise. Ce programme a pour objectif de combiner une approche féministe avec des études de deuxième cycle dans une discipline particulière ;
  4. Suivre un des nombreux cours offerts en études des femmes (FEM) pour approfondir leurs connaissances de la construction des rapports sociaux de sexe, de classe, de race, des sexualités et des (in)capacités qui façonnent les institutions sociales et politiques ainsi que les expériences vécues des femmes ;
  5. Bénéficier des connaissances et de l’expertise des professeures de l’IÉFG et du corps professoral parvenant de divers départements, écoles et facultés qui poursuivent des recherches dans le domaine des études féministes, ainsi que des études de l’articulation du genre aux autres rapports de pouvoir (rapports de classe, de race, des sexualités et des (in)capacités) ;
  6. Bénéficier de la présence des titulaires de la Chaire conjointe (Université d’Ottawa-Carleton University) en études des femmes (l’une des cinq chaires canadiennes en études des femmes), et de la Chaire de recherche Écho en santé des femmes de l'Université d’Ottawa ;
  7. Rencontrer et échanger avec la Chercheure invitée de la Banque de Montréal en études des femmes. Tout en poursuivant ses recherches, la chercheure invitée offre des séminaires, en plus d’agir comme personne-ressource auprès du corps professoral et de la population étudiante ;
  8. assister à la Conférence annuelle Shirley Greenberg en études des femmes et à une série des cafés féministes ;
  9. poursuivre des recherches aux Archives canadiennes du mouvement des femmes situées à la Bibliothèque Morisset.
Haut de page