Chaire conjointe en études des femmes, Université d'Ottawa et Carleton University

 

Université d'Ottawa / Carleton University

En 1985, le Secrétariat d'État accorda une chaire conjointe en études des femmes à l'Université d'Ottawa et à l’Université Carleton. Dans le cadre du même programme, quatre autres chaires furent créées, à Halifax, à Québec, à Winnipeg et à Vancouver.

Travaillant dans les deux langues officielles, la titulaire de la Chaire conjointe en études des femmes à l'Université d'Ottawa et à l’Université Carleton, enseigne, effectue de la recherche et participe aux divers comités et activités liés aux études des femmes au sein des deux campus. De plus, elle agit comme personne-ressource et veille à établir et maintenir des contacts entre la chaire et les organismes éducatifs et communautaires féministes à l'échelle locale, régionale, nationale et internationale.

Depuis sa création, les personnes suivantes ont été titulaires de la Chaire conjointe en études des femmes : l'Honorable Monique Bégin, Greta Hofmann Nemiroff, Pnina G. Abir-Am, Wendy J. Robbins, Ann Porter, Eva Rathgeber, Rajkumari Shanker, Agnès Whitfield, Pamela Walker et Lori Burns.

Ummni Khan

Ummni Khan est maintenant la titulaire de la Chaire conjointe en études des femmes, l’Université Carleton et l’Université d’Ottawa. Nous offrons toutes nos félicitations à Mme Khan et nous nous ferons un plaisir de travailler avec elle au cours des prochaines années. En tant que titulaire de la Chaire conjointe en études des femmes, Mme Khan donnera des cours universitaires, participera à des projets de recherche collaboratifs et organisera au sein des deux universités des événements pour dialoguer avec les personnes et les organismes féministes menant des recherches auprès de la communauté et en éducation sur les plans local, régional, national et international. Mme Khan assumera aussi le rôle de personne-ressource sur les enjeux liés aux femmes et à la recherche féministe dans les deux universités.

Ummni Khan est titulaire d’un doctorat en sciences juridiques de l’Université de Toronto, ainsi que d’une maîtrise en droit de l’Université du Michigan, d’un diplôme de Juris Doctor de l’École de droit Osgoode Hall et d’une maîtrise ès arts en littérature anglaise de l’Université York. Elle est professeure agrégée au Département du droit et des études juridiques de l’Université Carleton et nommée conjointement au Département de sociologie et à l’Institut de criminologie et de justice sociale. Ses recherches se penchent sur la construction et la régulation des sexualités stigmatisées dans le droit, le féminisme, les sciences sociales, les discours psychologiques et la culture populaire. Elle s’intéresse tout particulièrement à décortiquer comment le genre, la race, la classe, la capacité, l’âge, la nationalité et d’autres marqueurs de différence s’entrecroisent avec les hiérarchies sexuelles.

Les publications de Mme Khan touchent une variété de sujets, dont le BDSM, le travail du sexe, la sexualité entre personnes cousines, la musique évoquant le viol (« rapey »), l’identité canadienne, la praxis féministe et les droits des personnes transgenres. Son livre, Vicarious Kinks: Sadomasochism in the Socio-Legal Imaginary (2014) interroge en quoi la régulation juridique du sadomasochisme (SM) consensuel est basée sur des discours idéologiques problématiques que mobilisent la psychiatrie, le féminisme anti-SM et les films. Actuellement, elle met les dernières touches sur un projet, financé par le CRSH, qui examine la criminalisation et la « déviantisation » de la clientèle de l’industrie du sexe dans le droit et dans la culture. Son prochain projet sera une histoire orale axée sur les débats entourant la sexualité au sein des communautés féministes canadiennes pendant la période difficile de la « guerre du sexe », particulièrement entre les années 1975 et 1995.

Mme Khan a reçu plusieurs prix et subventions, notamment, une bourse de séjour au Center for Gender and Sexuality Law de l’Université Columbia, une subvention de développement savoir du CRSH de deux ans, une subvention ordinaire de recherche du CRSH d’un an et une bourse de séjour à l’Université Keele. En 2016, elle a remporté le Prix d’excellence en recherche de la Faculté des affaires publiques. Ses écrits intègrent souvent des éléments expérimentaux à ses analyses scientifiques, dont des scénarios fictifs et des réflexions autoethnographiques. Elle donne une grande variété de cours, allant des cours de première année jusqu’aux séminaires de cycles supérieurs dans les domaines des études juridiques, de la sexualité, de la méthodologie, du droit et la littérature, de la déviance, de la justice pénale et des études critiques sur la sécurité et la surveillance. Elle est ravie d’être nommée à la Chaire conjointe en études des femmes pour le mandat de 2016-2018.

Précédentes titulaires

Chaire conjointe en études des femmes
Ummni Khan, D.S.J.
Pavillon des Sciences sociales, pièce 11046
Téléphone :  613-520-2600 poste 6644
ccef.jcws@uOttawa.ca

Adjointe à la Chaire conjointe en études des femmes
Anna Bogic
Pavillon des Sciences sociales, pièce 11002
Téléphone : 613-520-2600 poste 6644
ccef.jcws@uOttawa.ca

 

Haut de page