Plan stratégique

Introduction

Ce document présente un sommaire stratégique des multiples discussions qui ont été tenues à la Faculté des sciences sociales (FSS) depuis les deux dernières années. Profitant de l’exercice de Planification stratégique Destination 2020 pour se pencher sur ses réalisations, sur ce qui la démarque, sur ses faiblesses et sur des actions à entreprendre. La réflexion a été en partie guidée par le Document de discussion et l’Énoncé de position de l’équipe de gestion Vision 2020 et représente un sommaire des nombreuses discussions qui ont eu lieu au comité exécutif et dans les unités au cours des douze derniers mois.

Notre objectif est double : élaborer une vision commune, cohérente et inclusive de nos ambitions au sein de la Faculté, en plus d’assurer une place aux sciences sociales dans la vision globale Destination 2020 de l’Université d’Ottawa pour les dix prochaines années.

Sa mission, sa vision et ses valeurs

Sa mission

  • Constituer un lieu d’excellence en enseignement et en recherche tant au niveau international que national
  • Former les leaders de demain
  • Contribuer au développement et au transfert des connaissances
  • Offrir une formation universitaire dans les deux langues officielles

Sa vision

  • Embaucher les meilleurs professeurs
  • Attirer les meilleurs étudiants en offrant une formation rigoureuse et stimulante
  • Offrir des programmes d’études à tous les cycles
  • Intensifier ses liens avec ses diplômés
  • Développer des partenariats avec les communautés locales, nationales et internationales
  • Participer aux débats publics

Ses valeurs

  • Une faculté qui place l’expérience universitaire au cœur de sa mission éducative
  • Une faculté dont les programmes d’études sont à la fine pointe des avancées disciplinaires et inter-disciplinaires et de la recherche
  • Une faculté bilingue qui met en valeur la diversité culturelle
  • Une faculté engagée dans la promotion de la francophonie
  • Une faculté qui conserve ses liens avec ses diplômés
  • Une faculté qui construit des partenariats avec sa communauté locale, nationale et internationale
  • Une faculté guidée par des principes de respect et d’équité envers l’ensemble de sa population étudiante, de son corps professoral et de son personnel administratif
  • Une faculté dont le souci pour la durabilité est reflété dans les politiques, procédures, comportements et culture de sa communauté

 

Une croissance modérée des effectifs scolaires

Comme l’Université, la FSS vise une croissance modérée des effectifs scolaires pendant les cinq prochaines années. L’UO vise à accueillir 500 étudiants de plus par année jusqu’en 2016. Et souhaite minimalement que :

  • 40 % soient inscrits aux études supérieures, principalement au niveau doctoral;
  • 40 % soient francophones;
  • 30 % soient étrangers.

En privilégiant ces catégories d’étudiants, l’Université se positionne avantageusement pour atteindre les objectifs fixés dansDestination 2020 et pour réaliser sa mission et sa vision. Elle compte aussi doubler le nombre d’étudiants en immersion et augmenter sa capacité d’attirer les meilleurs étudiants canadiens et étrangers. Il est important pour la FSS de trouver un équilibre entre ses objectifs financiers, sa capacité d’absorption de nouvelles inscriptions aux divers cycles d’études et la garantie d’offrir une expérience universitaire de qualité.

Étant donné la création de nouveaux programmes au doctorat (Service social, Développement international), la réforme majeure de certains programmes (Études des femmes) et la possible création de nouveaux programmes aux premiers cycles et aux études supérieures, il est proposé que la FSS adopte les cibles suivantes pour les 3 prochaines années (2012-2013, 2013-2014, 2014-2015) :

Proposition des cibles pour les 3 prochaines années
Types d’étudiants supplémentairesNombres
Étudiants supplémentaires au premier cycle50
Étudiants supplémentaires aux études supérieures75
Total125

La FSS vise une augmentation de ses effectifs étudiants proportionnelle à sa taille actuelle par rapport à l’ensemble de l’Université, soit de 125 étudiants supplémentaires par année pour cette année et les deux suivantes. À ce moment, les cibles devront être ajustées à la hausse ou à la baisse en fonction de la capacité de la FSS.

La FSS désire idéalement recruter 50 étudiants au premier cycle et 75 étudiants aux études supérieures, dont :

  • 50 seraient francophones et
  • 37 seraient étrangers.

Pour ce faire, nous devons cibler notre recrutement, nous assurer de les retenir en leur offrant la meilleure expérience universitaire et en les diplômant rapidement.

 

Objectifs

La FSS s’est fixé quatre grands objectifs qui reflètent sa mission, sa vision et ses valeurs, ainsi que le plan stratégique Destination 2020 de l’Université. Ils reposent sur une compréhension des forces, des faiblesses, des enjeux et de la conjoncture qui se dessinent en ce qui a trait à l’enseignement et à la recherche universitaire dans les sciences sociales.

Objectif 1 – Offrir une expérience universitaire sans pareille

L’expérience universitaire est au cœur de notre mission et nous ne cessons d’innover, mais maintenant il est temps de consolider nos efforts pour assurer une expérience universitaire marquante et enrichissante à notre population étudiante et à notre personnel.

La Faculté des sciences sociales vise à offrir à ses étudiantes et étudiants une expérience scolaire enrichissante qu’elle définit en ces termes : favoriser leur intégration au monde universitaire et leur offrir une formation rigoureuse en leur présentant des défis intellectuels et humains stimulants et en tissant des liens entre théorie et pratique qui leur permettent de côtoyer un monde d’idées qui les aidera à contribuer positivement au monde de demain.

Afin d’enrichir le milieu d’apprentissage à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe, nous allons :

  • multiplier les activités d’orientation, d’accueil et d’échange pour les étudiants;
  • analyser les parcours de nos étudiants et les obstacles qu’ils rencontrent dans les programmes de la Faculté;
  • établir des mesures adaptées pour garantir la rétention;
  • stimuler la valorisation de l’enseignement au premier cycle par le développement de diverses initiatives;
  • accroître et diversifier les activités de mentorat;
  • offrir les services du Centre de mentorat à tous les étudiants et durant toutes les sessions;
  • assurer un encadrement dans le processus de choix de cours des étudiantes et des étudiants dès leur 1ère inscription, en 1ère ou en 2e année;
  • veiller à ce que tous les étudiants de 1ère année aient accès à des conseils personnalisés et des services de mentorat;
  • poursuivre le développement des démarches proactives quant à l’intégrité dans les travaux universitaires, tout en appuyant les démarches universitaires en ce sens;
  • articuler les résultats d’apprentissage que poursuivent les programmes d’études au premier cycle afin de bonifier la cohérence globale de ces derniers ;
  • prendre en charge le programme Canadian Future Achievers (étudiants autochtones);
  • créer davantage d’espaces étudiants;
  • aménager une bibliothèque satellite dans le Pavillon des sciences sociales;
  • entretenir nos relations avec nos diplômés afin de multiplier les occasions pour ceux-ci de revenir sur le campus, d’échanger avec les étudiants actuels et d’agir en tant que personnes-ressource, mentors, ou modèles;
  • développer nos relations avec nos réseaux dans la communauté intra universitaire (centre d’engagement mondial et communautaire) et extra universitaire (par des stages ou partenariats, par exemple) afin de multiplier les occasions d’enrichir le cheminement académique de nos étudiants et encourager la responsabilité sociale;
  • offrir aux étudiants de tous les cycles  la chance de mener leurs études dans une Faculté qui se souci activement de la durabilité et qui facilite, tout au long de leurs études, leur adoption de comportements durables.

Pour stimuler le recrutement, nous allons :

  • faire valoir nos avantages concurrentiels : francophonie et bilinguisme; liens avec la communauté (en particulier le gouvernement fédéral); et l’international;
  • développer des stratégies de recrutement des étudiants francophones en les ciblant pour certains programmes, en les attirant de l’étranger, en se servant des chaires de la francophonie, en développant un mentorat régional;
  • revoir la taille de certaines unités et de certains programmes offerts (dont les mineures complémentaires);
  • étudier la possibilité d’implanter un programme d’immersion aux études supérieures;
  • maximiser l’efficience de la préparation de l’offre de cours au premier cycle en considérant notamment le nouvel outil déployé par l’Université qui suscite des attentes ou souhaits d’inscription de la part de la population étudiante intra et extra facultaire;
  • cibler les étudiants étrangers et leur assurer une intégration harmonieuse.

Pour consolider nos efforts en enseignement et en mentorat, nous allons :

  • poursuivre l’offre d’encadrement et de formation pour les assistanats d’enseignement;
  • créer un prix annuel d’assistanat à l’enseignement;
  • examiner les possibilités de diversification de l’offre de cours (cours d’été; cours en ligne; formules hybrides, etc.);
  • développer un plan de réussite pour les étudiants;
  • bonifier nos pratiques pédagogiques et d’encadrement des stages (tant COOP qu’à l’international);
  • poursuivre les échanges avec les collèges de la région et l’Université dans l’optique de développement de programmes hybrides/intégrés.

Pour améliorer l’expérience étudiante aux études supérieures et assurer un haut taux de diplomation, nous allons :

  • développer de nouveaux programmes de doctorat (ÉSAPI);
  • mettre en œuvre le nouveau programme de doctorat à l’ÉDIM
  • offrir des incitatifs, telle une bourse de fin d’études doctorales, pour les étudiants en rédaction de thèse;
  • développer des procédures afin d’encourager le respect des dates limites;
  • encourager des mémoires au niveau de la maîtrise;
  • revoir les modalités de financement des étudiants gradués avec la FÉSP (financement plus élevé pour la thèse que pour le mémoire);
  • offrir la possibilité d’un passage accéléré au doctorat dans les disciplines pertinentes;
  • assurer un superviseur dès l’admission de l’étudiant autant que possible;
  • développer des projets pilotes pour appuyer les étudiants en rédaction de thèse (ex. réunions mensuelles afin de maintenir un sentiment de cohorte);
  • développer des projets de mentorat aux études supérieures;
  • assurer une meilleure communication entre le BÉS et les unités.

Pour appuyer et outiller le corps professoral, nous :

  • poursuivre le développement d’outils;
  • mettre sur pied un mécanisme de valorisation de l’enseignement de cours de 1ère année;
  • étudier les meilleures pratiques en supervision aux études supérieures;
  • étudier une méthode d’évaluation de la supervision;
  • comptabiliser la co-direction au doctorat (pondérer dans la charge de travail);
  • former les nouveaux professeurs à la supervision;
  • encourager la diversification des déchets et lancer des initiatives pour aider le personnel à prendre conscience de la durabilité en milieu de travail;
  • poursuivre les efforts de rajouter un 4e vice-doyen pour les questions de gouvernance à la FSS.

Pour encourager le développement du personnel administratif, nous allons :

  • adopter la nouvelle gestion de la performance;
  • encourager la formation et le développement de plans de carrière;
  • créer un poste de personne-volante;
  • favoriser les échanges entre universités;
  • ajouter un prix de reconnaissance de l’apport du personnel;
  • tenir compte du volume de travail du personnel administratif lorsqu’il est question d’augmentation des effectifs scolaires (proportion du personnel par étudiant);
  • développer des profils web pour le personnel administratif comme pour les professeurs;
  • encourager la diversification des déchets et lancer des initiatives pour aider le personnel à prendre conscience de la durabilité en milieu de travail;
  • poursuivre l’inclusion du personnel dans les décisions de la FSS.

Pour assurer l’engagement de nos diplômés et de notre personnel retraité, nous allons :

  • inclure plus régulièrement et plus systématiquement les diplômés dans nos activités;
  • travailler étroitement avec le Bureau des relations avec les diplômés;
  • encourager l’appui des diplômés à travers des dons;
  • participer activement aux campagnes de sollicitation;
  • créer une Université des aînés;
  • envisager une formation professionnelle continue en SVS;
  • assurer une transition de notre personnel à la retraite;
  • appuyer le transfert de connaissance de notre personnel.

 

Objectif 2 :– Multiplier les appuis à la recherche et assurer la mobilisation des connaissances

Notre corps professoral contribue de façon importante à l’avancement des connaissances dans les domaines des sciences sociales et des humanités. En 2011-2012, nos chercheurs ont obtenu plus de 7,5 millions de dollars en subventions et contrats de recherche. Ils se démarquent aussi par leur présence dans les médias canadiens et internationaux, ainsi que par leur productivité.

Dans le but de promouvoir notre excellence en recherche, nous devons poser des gestes concrets. Les actions stratégiques énumérées ci-dessous vont permettre de bâtir notre réputation nationale et internationale dans l’objectif de recruter et retenir les meilleurs étudiants et les meilleurs chercheurs.

Pour renforcer la compétitivité de notre recherche, nous allons :

  • poursuivre le financement interne de la recherche (PFDR, évènements, publications, etc.);
  • développer de nouveaux programmes d’appui lorsque le besoin se fait sentir (appui aux chercheurs qui ont été recommandés, mais non financés par le CRSH, bourses pour étudiants);
  • offrir sur concours un nombre plus important de dégrèvements d’enseignement;
  • évaluer le projet pilote d’appui aux chercheurs qui ont été recommandés, mais non financés par le CRSH;
  • encourager l’embauche d’assistants de recherche;
  • organiser des ateliers de travail pour les trois conseils;
  • poursuivre la création d’outils et de gabarits pour faciliter les processus de rédaction des demandes de subvention.

Pour offrir un milieu accueillant aux chercheurs invités et aux postdoctorants, nous allons :

  • parfaire la procédure d’accueil;
  • augmenter la communication entre les différents secteurs (unités, ressources humaines, cabinet de la recherche, etc.);
  • assurer un appui administratif;
  • réserver des cours pour les postdoctorants;
  • informer les chercheurs des processus de recrutement des postdoctorants;
  • étudier la possibilité d’un programme d’Écoles d’été intensives avec des professeurs invités internationaux et des professeurs de la Faculté des sciences sociales.

Pour augmenter la visibilité de notre recherche et la faire connaître à l’échelle nationale et internationale, nous allons :

  • poursuivre nos collaborations avec le Bureau des relations avec les médias et le vice-rectorat à la recherche;
  • encourager la contribution aux débats publics (médias, spécialistes à votre service, etc.) en créant un Forum for Dialogue pour profiter de notre avantage géographique au sein d’une capitale G8;
  • mettre en valeur les Thèmes de recherche à la FSS et s’en servir comme outil de recrutement des étudiants, des chercheurs et des donateurs potentiels;
  • publiciser les travaux de nos chercheurs grâce au nouveau portail Web et à Monde d’idées;
  • mettre en lumière les retombées concrètes des recherches en exposant le cycle de la recherche : de la théorie à la pratique aux impacts;
  • analyser la possibilité d’acquérir un appareil d'imagerie par résonance magnétique;
  • participer activement au développement du projet « School of Government ».

 

Objectif 3 – Mettre de l’avant notre avantage concurrentiel en francophonie et bilinguisme

La FSS compte un nombre important d’étudiants francophones inscrits à tous les cycles d’études. Au premier cycle, 30 % des 8 759 étudiants inscrits sont des francophones; aux études supérieures, ce taux atteint 35 % pour 1 327 étudiants. De plus, la FSS exige des professeurs réguliers, une connaissance active des deux langues officielles pour obtenir la permanence, c’est-à-dire que leur niveau de compétence linguistique doit permettre l’enseignement dans les deux langues. Elle a aussi développé au fil des ans des mesures pour favoriser l’existence d’une communauté de langue française en son sein et encourager le développement du bilinguisme de son corps professoral.

Pour augmenter le recrutement et la rétention, nous allons :

  • poursuivre les efforts de recrutement dans les bassins francophones;
  • mettre en place des mesures pour retenir les francophones dans les cours en français;
  • ajouter des critères de qualifications pour la pratique de la psychologie au Québec au programme de psychologie clinique.

Pour appuyer et mettre de l’avant la recherche en français, nous allons :

  • créer un institut voué à la recherche et à l’étude du monde francophone;
  • reconnaître la recherche en français;
  • établir un palmarès des meilleures universités francophones.

Pour valoriser l’immersion à la FSS, nous allons :

  • mettre sur pied de nouveaux cours bilingues;
  • étudier la possibilité de cours d’immersion aux cycles supérieurs;
  • reconnaître le bilinguisme sur les diplômes.

 

Objectif 4 – Encourager la mobilité, développer des partenariats et amplifier notre visibilité et notre réputation à l’international

Les nouvelles technologies de l’information ont rapproché les frontières. Les enjeux que l’on disait locaux ou nationaux ont de plus en plus une dimension internationale et les problèmes internationaux ont de plus en plus d’impact sur les enjeux plus locaux. C’est ce que l’on appelle la mondialisation. La mondialisation exigera des leaders de demain une perspective internationale bien développée. Comme bien d’autres activités, la mondialisation exige de la recherche académique des partenaires internationaux et oblige les universités à se concurrencer au niveau mondial. C’est pourquoi la formation que nous offrons aux étudiants, la recherche et notre réputation devront obtenir les meilleurs standards internationaux. Pour y arriver, nous devrons encourager la mobilité étudiante, le développement d’échanges internationaux et augmenter notre visibilité à l’internationale.

Pour encourager la mobilité étudiante, nous allons :

  • doubler le nombre d’étudiants qui participent à un programme de mobilité dans les cinq prochaines années;
  • rendre accessible à toutes les unités les cours de recherche terrain à l’étranger diversifiant ainsi l’offre de cours recherche terrain;
  • intégrer un volet international dans les programmes lors de leur réforme;
  • organiser des écoles d’été spécialisées pour les étudiants des cycles supérieurs;
  • consolider les approches pédagogiques encadrant les apprentissages en mobilité;
  • mettre sur pied des mécanismes d’échange et de partage des témoignages et d’expérience;
  • tenir un colloque annuel pour les étudiants qui font l’expérience de tels apprentissages en mobilité.

Pour développer et consolider nos partenariats à l’international, nous allons :

  • poursuivre le projet de formation avec la Croix Rouge (aide humanitaire);
  • consolider les ententes Marco Polo;
  • poursuivre nos discussions avec Wuhan University, l’Université Ca’ Foscari et d’autres universités;
  • appuyer la recherche pour le développement de partenariats internationaux;
  • développer un mécanisme validant la pertinence des partenaires pour nos stages internationaux;
  • examiner les possibilités d’autres collaborations avec le partenaire Gender at Work;
  • initier un mécanisme d’échanges productifs avec le Bureau international.

Pour assurer la visibilité de la FSS à l’international, nous allons :

  • organiser annuellement une grande conférence internationale
  • étudier la faisabilité d’un centre de conférences sur le modèle d’Oberwolfach;
  • Participer activement dans des partenariats de recherche internationaux.
Haut de page