L’optimisme contribue à la réussite chez les étudiants athlètes

Publié le dimanche 1 mars 2015

Le sport de compétition est souvent reconnu comme étant une expérience qui contribue au développement optimal des enfants et des adolescents. Cependant, ceci est plus vrai pour certains que pour d’autres. Une équipe de recherche menée par Patrick Gaudreau de l’École de psychologie à l’Université d’Ottawa  a déterminé que certains traits de personnalité auraient une influence sur l’expérience sportive et scolaire des étudiants‑athlètes. De plus, ils ont découvert que certaines stratégies de gestion du stress aident les athlètes à vivre une expérience plus satisfaisante dans la poursuite de leur sport et dans leur cheminement scolaire.   

« Les étudiants‑athlètes qui présentent une attitude optimiste ont tendance à gérer leur stress de façon optimale. Ils modifient leurs pensées négatives, gèrent adéquatement leurs efforts, obtiennent de l’aide et des conseils lorsque la situation s’y prête, utilisent des moyens pour se relaxer et analysent logiquement les situations stressantes, » explique le professeur Gaudreau.

Les résultats ont démontré que les étudiants‑athlètes optimistes envisagent l’avenir persuadés qu’ils seront capables d’atteindre leurs objectifs. Leurs probabilités d’y arriver augmentent donc, et ce, en dépit du stress généré par les études et la compétition sportive. De plus, ils utilisent des stratégies de gestion de stress optimales à la fois dans leur vie sportive et dans leur vie scolaire. Par conséquent, les étudiants‑athlètes optimistes réussissent à vivre à la fois une expérience sportive et une expérience scolaire plus satisfaisante.

Dans le cadre de l’étude qui sera publiée dans Sport, Exercise, and Performance Psychology, 185 élèves du secondaire ont complété une série d’évaluations portant sur la satisfaction scolaire et sportive. Ces jeunes pratiquaient tous un sport compétitif de niveau provincial en dehors des heures normales d’école.

« Cette étude démontre que les fédérations sportives, les entraîneurs et les athlètes eux-mêmes devraient consentir des efforts pour développer des interventions en matière de gestion du stress afin de promouvoir une expérience sportive et une expérience scolaire de qualité chez les étudiants‑athlètes », indique le professeur Gaudreau.

Haut de page