Politique éditoriale et Guide de rédaction

Politique éditoriale

Reflets est une revue avec comité de lecture. Elle ne publie que des textes originaux et inédits. Les articles soumis pour un numéro doivent parvenir à la direction de la revue au moins quatre mois avant la date de parution annoncée du dit numéro.

Recommandations aux auteures et auteurs

Les personnes qui soumettent des textes sont invitées à respecter certaines directives qui s'appliquent pour tous les articles présentés.

Guide de rédaction des articles

1. La soumission d'articles

Les personnes qui soumettent des textes sont invitées à respecter les directives suivantes qui s'appliquent pour tous les articles présentés.

  • Envoyer à la rédaction de la revue une copie du manuscrit en version électronique (format Word).
  • Outre le manuscrit, présenter une page titre comprenant le titre et les coordonnées professionnelles de toutes les auteures ou auteurs.

La revue Reflets est composée de deux types d'articles, ceux publiés dans Le dossier (articles arbitrés) et ceux publiés dans les rubriques Des pratiques à notre image et Lu pour vous (articles non arbitrés). Certaines règles s'appliquent spécifiquement à l'une ou à l'autre de ces catégories.

Les articles arbitrées
  • Outre le manuscrit, il faudra présenter un résumé d'environ 100 mots, en français et en anglais ainsi que des mots clés (de 5 à 10) dans les deux langues.
  • La longueur de l'article varie entre 18 et 24 pages, incluant la bibliographie (rédigée selon le modèle présenté ci-dessous) ou 7 000 à9 000 mots.
  • Les articles seront évalués par des personnes qui ne siègent pas au comité de rédaction du numéro de Reflets auquel l'article est soumis.
Les articles des rubriques non arbitrées
  • La longueur de l'article varie entre 6 et 8 pages (interligne et demi) ou 2 300 à 3 000 mots.
  • Les articles de la rubrique non arbitrée seront évalués par les personnes responsables du numéro.

2. La féminisation des titres de fonction et des textes

Les textes doivent être présentés le plus possible en rédaction épicène. Toute formule du genre « L'emploi du masculin ne sert ici qu'à alléger le texte… » est donc à proscrire; elle pourrait être interprétée comme un échappatoire au devoir d'équité entre les sexes. Il faut de plus éviter.

— tout procédé littéraire de féminisation qui emploie des signes ponctuation :

Exemples : « Les professionnel(le)s de la santé… » ou « Les professionnels/les de la santé… »

— tout excès de zèle qui alourdirait le texte au détriment de sa concision, de sa clarté, voire de l'intérêt de sa lecture :

Exemple : « Les professionnelles et les professionnels de la santé sont elles aussi et eux aussi susceptibles d'être confrontées ou confrontés à des dirigeantes ou à des dirigeants desquelles ou desquels elles ou ils ne partagent pas les vues. »

Dans certains textes, il pourrait être justifiable que les titres de fonctions soient mentionnés de façon non épicène ou qu'uniquement le féminin ou le masculin soit utilisé. Ce serait le cas, par exemple, d'un article portant sur une recherche dont toutes les participantes ou tous les participants seraient de même sexe.

Exemple : « Les répondantes déplorent de façon unanime le manque de ressources à la portée des travailleuses sociales dans ce centre pour femmes victimes de sévices de tous genres. »

Voici un paragraphe qui a le mérite de respecter à la fois la nécessaire équité entre les sexes et les règles grammaticales entourant les accords des adjectifs, des participes passés et des pronoms, de même que tout autre dictat de la langue française, qu'ils soient de nature grammaticale, syntaxique ou stylistique :

Si ces deux concepts sont enserrés tant dans les causes, les effets ou les moyens du faire-face reliés à la souffrance psychique chez les professionnels au travail, c'est qu'ils renvoient au problème qu'ont les travailleuses et travailleurs sociaux de déterminer les objectifs visés dans les interventions et les conditions du rapport à instaurer avec celles et ceux qui font appel à eux pour atteindre un mieux-être, avec les organisations et la société […]. Ainsi, les travailleuses et travailleurs sociaux sont sommés de tenir bon, de persévérer, surtout dans ce contexte où on dit que les organisations du secteur de la santé et des services doivent être plus réactives, flexibles, productives et axées sur les visées de compétitivité […]. Pour conclure, nous pensons comme chercheur que cette volonté de faire la lumière sur des enjeux normatifs qui sont au cœur de la pratique des travailleuses sociales et des travailleurs sociaux permettra d'engager la discussion interuniversitaire, interprofessionnelle ou intersectorielle sur le sujet afin d'améliorer les conditions dans lesquelles ils évoluent au sein des établissements du secteur de la santé et des services sociaux et au sein des organismes communautaires. (L'autonomie et l'exercice du jugement professionnel chez les travailleuses et travailleurs sociaux : substrat d'un corpus bibliographique, Stéphane Richard, Reflets, Vol. 19, No 2)

Les ressources suivantes s'avérent utiles pour la féminisation des titres de fonctions et des textes :

La féminisation au gouvernement de l'Ontario, (http://www.onterm.gov.on.ca/feminisation.html)
Le guide du rédacteur du gouvernement du Canada (http://www.btb.termiumplus.gc.ca)
La banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française (http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=4015).

3. Citations et témoignages, références, notices bibliographiques et mise en page

Afin d'assurer une certaine uniformité dans la présentation des articles en ce qui concerne les citations, les références et les notices bibliographiques, Reflets adopte la méthode Auteur-date telle que proposée par l'Office québécois de la langue française (www.ofl.gouv.qc.ca/ressources/bdl.html).

3.1 Les citations de trois lignes ou moins sont intégrées dans le corps du texte et introduites par des guillemets (éviter l'emploi de l'italique, et ce, même quand il s'agit de citations en langue anglaise.) Ces courtes citations peuvent être intégrées à la phrase ou introduites à l'aide des deux points (:).

Exemples (extrait de l'article La souffrance éthique au travail (Gonin, Grenier, Lapierre) publié dans le Vol. 19, No 2 de Reflets) :

Cette proposition se situe donc sur le plan métaéthique : « Il s'agit de rompre avec les prétentions des théories morales à l'objectivité et à l'universalité pour engager une interprétation des différentes voix morales » (Garrau et Le Goff, 2010, p. 45).

Ainsi, le care « n'est pas centralement une histoire de sentiments, ni un travail de l'amour, mais un enchaînement complexe d'activités dont l'organisation même produit des inégalités diversifiées : d'accès aux soins, mais aussi de chances, de capacités de vie et de pouvoir » (Paperman, 2008, p. 279).

Les citations de plus de trois lignes sont détachées du texte, écrites à simple interligne et sans guillemets :

Exemple extrait du même article :

Tronto, l'une des figures phare du courant politique du care, en propose avec Fisher la définition suivante :

Une activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et « réparer » notre monde, de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible. Ce monde comprend nos corps, nous-mêmes et notre environnement, tous éléments que nous cherchons à relier en un réseau complexe, en soutien à la vie. (Fischer et Tronto, 1990, p. 40)

Quant aux témoignages, peu importe leur longueur, ils sont détachés du texte, écrits à simple interligne et encadrés de guillemets :

Exemple extrait du même article :

Les propos suivants, recueillis auprès d'une travailleuse sociale intervenant dans le cadre des services de soutien à domicile d'un CSSS, illustrent l'omniprésence de la norme d'autonomie :

« Tous les gens que je vois, quand ils demandent de l'aide, c'est qu'ils ne sont plus capables de faire les choses par eux-mêmes; ils ne trouvent plus les solutions. Généralement c'est une confrontation. [...] La majorité des gens que je rencontre veulent être autonomes. [Ils] sont fiers d'être indépendants, comme ils disent, et c'est d'ailleurs une valeur très véhiculée dans notre société d'être libre, indépendant et tout ça. » (Mme A., travailleuse sociale en CSSS pour le soutien à domicile)

Toute modification apportée à une citation ou à un témoignage (coupure d'un passage et mots remplacés ou ajoutés) doit être indiquée à l'aide de crochets ([…]).

3.2 Les références doivent être formulées comme suit :

— le nom de l'auteure ou de l'auteur et l'année de publication, puis, le cas échéant, les numéros de page. Quand plus de trois noms apparaissent dans la référence, un seul d'entre eux y est inscrit, les autres étant remplacés par l'expression « et collab. » (et non et al.)

Exemples : 
(De Gaulejac, 2005, p. 121)
(Brunet et Savoie, 1999)
(Fabi, Martin et Valois, 1999)
(Lachapelle, et collab., 2011, p. 38-39)

— quand deux ouvrages sont publiés par la même personne la même année, ils se distinguent par l'ajout d'une lettre à l'année.

Exemples : (Molinier, 2004a) (Molinier, 2008b, p. 84)

— quand deux ouvrages distincts ou plus sont cités à l'intérieur de la même parenthèse, ils sont séparés par un point-virgule.

Exemple : (Cintas, 2007; Meagher et Healy, 2003; Molinier, 2004a)

- il ne faut pas répéter le nom de l'auteure ou de l'auteur quand deux de ses ouvrages sont cités à l'intérieur des mêmes parenthèses.

Exemple : (Glisson, 2009; 2010)

3.3 Les notices bibliographiques, à savoir, la liste complète des références par ordre alphabétique des noms des auteures et auteurs, seront ajoutées à la fin de l'article.

L'Annexe 1 propose certains modèles conformes à la méthode Auteur-date adoptée par Reflets.

3.4 Au chapitre de la mise en page, les tableaux, graphiques, figures seront remis sur des feuilles distinctes et on indiquera clairement le lieu d'insertion dans le texte, par exemple, en employant la formule « insérer tableau 1 ».

On doit de plus éviter l'utilisation de notes en bas de page. Faute de pouvoir être intégrées au corps du texte, ces notes peuvent seront ajoutées à la fin de l'article.

ANNEXE 1 — Modèles de notices bibliographiques

Ces modèles de références bibliographiques formulées selon la méthode adoptée par Reflets s'appliquent à une variété de documents, tels les monographies, revues, sites Internet, thèses ou rapports divers.

Les ressources bibliographiques en langue anglaise obéissent à la même méthode que celles en français, sauf en ce qui concerne les espaces entre certains signes de ponctuation (:) (;) (?) (!), lesquels espaces diffèrent d'une langue à l'autre. De même, l'usage de l'esperluette (&) est à proscrire, sauf dans le cas de marques de commerce, notamment dans les noms des maisons d'édition. Notez enfin l'emploi des guillemets français (« … ») qui encadrent les titres d'articles de revues ou de chapitres de livres, incluant ceux rédigés en anglais.

Le livre d'un auteur :

RODIN, Étienne (2011). L'horreur managériale : gérer, instrumentaliser, détruire, Édition l'Échappée, 128 p.

ZAPF, Michael Kim (2009). Social work and the environment: Understanding people and place, Toronto, Canadian Scholars' Press, 300 p.

Le livre de deux auteurs :

CELLARD, André, et Marie-Claude Thifault (2007). Une toupie sur la tête. Visages de la folie à Saint-Jean-de-Dieu, Montréal, Boréal, 350 p.

YEGIDIS, Bonnie L., et Robert W. WEINBACH (2009). Research methods for social workers, Boston, Pearson. 344 p.

Le livre de trois auteurs :

COTNAM, Jacques, Yves FRENETTE et Agnès WHITFIELD (1995). La francophonie ontarienne : bilan et perspectives de recherches, Hearst, Le Nordir, 361 p.

NETTING, F. Ellen, Peter M. KETTNER et Steven L. MCMURTY (2008). Social work macro practice, Boston, Allyn and Bacon, 432 p.

Le livre de quatre auteurs et plus :

LAMOUREUX, Henri, et collab. (2007). Pratique de l'action communautaire, Québec, Presses de l'Université du Québec, 530 p.

BOPP, Judie, et collab. (1985). The sacred tree, Lethbridge, Four Worlds Development Project, 161 p.

Le chapitre de livre :

OUELLET, Francine, et Marie-Christine SAINT-JACQUES (2000). « Les techniques d'échantillonnage », dans Robert Mayer, et collab. (dirs.), Méthodes de recherche en intervention sociale, Montréal, Gaëtan Morin Éditeur, p. 71-89.

FOULKS, Edward, Joseph WESTERMEYER et Karen TA (1998). « Developing curricula for transcultural mental health for trainees and trainers », dans Samuel O. Okpaku, Clinical methods in transcultural psychiatry, Washington, American Psychiatric Press, p. 339-362.

Le livre publié sous la direction de personnes :

DOUCET, Laval, et Louis FAVREAU (dirs.) (1991). Théorie et pratiques en organisation communautaire, Québec, Presses de l'Université du Québec, 488 p.

CARDINAL, Linda (1995). « Making a difference: The theory and practice of francophone women's groups 1969-1982 », dans Joy PARR (dir.), A diversity of women: Ontario 1945-1980, Toronto, University of Toronto Press, p. 281-316.

Le livre dont l'auteur est un organisme :

MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DE L'ONTARIO (2009). Comment tirer parti de la diversité? Stratégie ontarienne d'équité et d'éducation inclusive, Toronto, Gouvernement de l'Ontario, 31 p.

L'article de revue :

BILODEAU, Angèle, Claire CHAMBERLAND et Deena WHITE (2002). « L'innovation sociale, une condition pour accroître la qualité de l'action en partenariat dans le champ de la santé publique », Revue canadienne d'évaluation de programmes, Vol. 17, No 2, p. 59-88.

ZHOU, Min, et Jennifer LEE (2004). « Introduction: The making of culture, identity and ethnicity among Asian American youth », Asian American Youth: Culture, identity and ethnicity, New York et London, Routledge, p. 1-30.

La thèse, le mémoire, le rapport de recherche, les actes de colloques et autres documents de semblable nature :

ÉMOND, Gilbert, et Janik BASTIEN CHARLEBOIS (2007). L'homophobie, pas dans ma cour!, [rapport de recherche], Montréal, GRIS-Montréal, 150 p.

MOEKE-PICKERING, Taima M. (2010). Decolonisation as a social change framework and its impact on the development of Indigenous-based curricula for Helping Professionals in mainstream Tertiary Education Organisations, [thèse de doctorat], Hamilton, Nouvelle-Zélande, University of Waikato, 290 p.

Le site Web :

CONSEIL CANADIEN SUR L'APPRENTISSAGE (2007). Littératie en santé au Canada : Résultats initiaux de l'Enquête internationale sur l'alphabétisation et les compétences des adultes, réf. du 30 mai 2012, http://www.ccl-cca.ca/pdfs/HealthLiteracy/LitteratieensanteauCanada.pdf

DANIEL, Esther (2005). « Paddy fields, cyber cafes and science teachers: Urban and rural primary science teaching in Malaysia », Electronic Journal of Literacy through Science, réf. du 24 septembre 2009,http://www.sjsu.edu/elementaryed/ejlts/current_issue/articles/paddy_fields.pdf.

La vidéo :

GUILLEMOT, Pierre (2007). Les grands moments des sciences sociales, [enregistrement vidéo], Ottawa, Les productions ALD, 38 min. 42 sec.

Haut de page