Témoignages

« Si vous voulez changer le monde ... dépêchez-vous d’entrer en économie! Bien plus que le stéréotype des marchés boursiers, notre discipline touche, par exemple, à l'économie de la santé ou l'économie des autochtones et c’est complémentaire à tant de disciplines! L’économie ajoutera une forte composante statistique à vos études, ce qui vous aidera à aller au-delà de votre propre opinion, ajoutant du poids et de puissance à votre perspective. Peu importe si vous avez des compétences quantitative, vous aurez la chance de les acquérir ici. Tellement différentes des mathématiques apprises au secondaire, celles que vous employez en économie sont appliquées à des scénarios du monde réel. Par exemple : comment les gens réagissent à une taxe sur les émissions de carbone? »

Leslie Shiell, professeur


« Dans le cadre ce cours, les étudiants portent un regard sur certaines questions autochtones, à travers la lentille économique. Nous parlons, par exemple, d’histoire, du développement et des questions d’égalité. Nous examinons le bien-être, le coût des marchandises, la fiscalité, etc. En fin de compte, nous essayons d'analyser la façon dont l'économie peut aider à résoudre certains des problèmes de pauvreté et d'inégalité rencontrés à l’heure actuelle par les peuples autochtones. »

Aggey Semenov, professeur


Projet de recherche - entrevue avec Youssef Fortin

Offert aux étudiants en quatrième année du BAC, le projet de recherche dirigée en science économique est l’opportunité rêvée de s’immiscer, le temps d’une session, dans la réalité du marché du travail.  Offert aux sessions d’automne et d’hiver, le cours est une bonne option pour ceux et celles qui cherchent à relever un défi et à vivre une expérience qui sort du cadre académique. 

Rencontrez Youssef Fortin, étudiant en économie qui a choisi de suivre cette voie.

Youssef Fortin, étudiant en économie

Qu’est-ce que le projet de recherche dirigé en science économique?

Le projet de recherche dirigée ressemble à une véritable expérience de travail!  L’étudiant est jumelé à un organisme extérieur, souvent un ministère ou une agence, pour lequel il effectue une recherche ayant trait à son domaine d’étude.  Un ou des superviseurs, issus de l’organisme, sont attitrés à l’étudiant afin de lui fournir le travail et de répondre aux questions.  Cependant, il faut garder en tête que les superviseurs ne sont pas là pour jouer au professeur et qu’ils ont d’autres chats à fouetter!  C’est un projet qui demande beaucoup de temps et d’autonomie à l’étudiant, mais qui est très enrichissant.

Comment avez-vous entendu parler du cours?

Le département envoie un courriel invitant tous les étudiants de quatrième année à envoyer sa candidature pour participer au cours.  Il y a des critères d’admissibilité et tous ne sont pas pris : le nombre de places disponibles dépend du nombre de recherches proposées par les organismes.  Pour ma part, j’avais déjà entendu parler du cours puisque certains de mes amis y avaient participé.  Ils m’avaient mentionné que c’était une bonne expérience et que ça valait la peine.  J’ai aussi voulu me donner un défi personnel : j’aime suivre tous les cours avancés qui sont offerts!

Comment se sont passés le processus d’application et le premier contact avec l’employeur?

À vrai dire, j’ai répondu au courriel un peu tardivement!  Dans ma demande, j’ai mentionné mes forces et mes intérêts en économie.  Le département m’a ensuite contacté afin de me proposer une recherche avec le Ministère des Finances, et j’ai tout de suite accepté!  Il y a eu une entrevue avec les superviseurs de mon projet, mais c’était plutôt pour la formalité.  À la fin de notre rencontre, ils m’ont donné les premières instructions pour débuter la recherche.  C’était lancé!

Quelle a été la suite?

Mes superviseurs me donnaient des tâches sans délai précis.  J’ai donc dû apprendre à gérer mon propre horaire et à me constituer un cadre de travail.  Pour plusieurs de mes tâches, je devais effectuer des calculs dont je n’avais jamais appris les formules!   Je suis allé consulter les professeurs du département et ils m’ont grandement aidé.  Aussi, j’ai consulté plusieurs sources académiques à la bibliothèque.  Il était important pour moi de ne pas continuellement avoir recours à mes superviseurs.  Et j’ai bien fait, puisque dans l’évaluation finale, ils ont indiqué avoir apprécié l’autonomie dont j’avais fait preuve.

Que retenez-vous de votre expérience?

J’ai appris que je travaillais très bien sous pression!  Aussi, qu’il faut être très méticuleux dans une recherche et expliquer nos décisions en détail.  J’ai compris qu’une bonne recherche demande beaucoup de temps et de travail.  Le projet m’a permis de consolider mes apprentissages en économie et de les approfondir, mais il m’a aussi indiqué que j’ai certaines limites, puisque ma formation n’est pas complétée.

Que diriez-vous aux étudiants qui hésitent à s’inscrire?

Qu’il ne faut pas hésiter à s’inscrire même si on n’a pas d’expérience dans le domaine, puisque le but du cours est justement de vivre une expérience!  Aussi, pour ceux qui pensent à la maitrise, le projet permet de voir à quoi cela va ressembler et peut nous permettre de confirmer notre choix.  Surtout, le projet permet de sortir du cadre de l’université et de se donner une autre perspective sur ce qui se passe.  C’est une des meilleures expériences offertes au sein de la Faculté et je conseille fortement aux étudiants de s’y inscrire!

Haut de page