Rose Anne Devlin, Vice-doyenne à la recherche

Rose Ann Devlin

Il est difficile de croire que mon mandat en tant que vice-doyenne à la recherche est terminé. Les six dernières années ont été incroyablement gratifiantes. Mon mandat a commencé par le choix de cinq grands thèmes qui sont désormais au cœur de la recherche et des activités de notre Faculté. Je me réjouis de voir ces thèmes servir de toile de fond aux nombreuses activités de nos chercheurs et de nos unités de recherche.

Le panel annuel que nous avons organisé au cours des cinq dernières années en collaboration avec le Bureau de relations avec les diplômés en est un bon exemple du rôle que jouent ces thèmes. Les thèmes de l’année dernière étaient la santé et le bien-être. Nos panélistes ont abordé les questions entourant la mort et les impôts devant une salle comble.

Nous avons travaillé d’arrache-pied pour produire la meilleure recherche en sciences sociales au Canada et notre Plan stratégique nous aide à concentrer nos efforts sur ce but. Toutes nos activités reposent sur les trois piliers de cet objectif, c’est-à-dire appuyer, financer et promouvoir les activités de nos chercheurs. Dans le but d’appuyer la recherche, nous avons créé notamment des ateliers et des mécanismes pour favoriser le succès des demandes de subventions. Je crois que ces efforts portent leurs fruits : par exemple, cette année, le taux de succès des demandes pour l’obtention de subventions Savoir du CRSH était de 54 % et celui pour l’obtention de subventions de développement Savoir était de 43 %, ce qui est considérablement plus élevé que les moyennes nationales (de 40 % et de 32 %). Chaque année, nous rédigeons plus de 80 lettres d’appui pour différents concours de subventions et nous guidons les chercheurs dans l’orientation de leurs recherches.

L’an dernier, nous avons financé les activités de 54 chercheurs au moyen de concours internes; les faits démontrent que ce financement a contribué à une hausse de la qualité et de la quantité des publications, en plus de favoriser l’obtention de fonds externes. Une des nombreuses manières dont mon bureau fait la promotion de la recherche est la collaboration avec l’excellente équipe de marketing et communications de la Faculté. Ensemble, nous nous assurons que nos réussites sont reconnues et mises en évidence sur nos écrans et dans le bulletin de la Faculté, et que nos chercheurs apparaissent fréquemment dans les publications de l’Université.

L’une de mes plus grandes joies en tant que vice-doyenne à la recherche est d’avoir connu tant de collègues issus de toutes les disciplines de la Faculté. Je ne peux pas traverser l’édifice sans reconnaître plusieurs visages familiers. J’aimerais remercier chacun d’entre vous de m’avoir permis d’aider à modeler et à améliorer l’environnement de recherche de la Faculté. Je vous souhaite tous beaucoup de succès.

Les mots me manquent pour exprimer ma gratitude envers l’intrépide Sophie LeTouzé, notre conseillère principale à la recherche, avec qui je suis en étroite collaboration depuis le début. Elle travaille sans relâche pour la faculté. Elle m’a guidée et m’a suivie avec un dévouement exceptionnel. Je sais qu’elle en fera de même pour notre nouveau vice-doyen à la recherche, John Sylvestre, mais je doute que leurs conversations tournent tant autour des chaussures que les nôtres...

Merci à Madeleine, Sylvie et Ginette pour le traitement des milliers de transactions effectuées dans ce bureau chaque année. Vous êtes mes héroïnes! L’an dernier, Annie Ménard a pris les rênes pendant que Marianne Saikaley s’activait sur le « front intérieur ». Merci, Annie, pour ta contribution spectaculaire! Bon retour, Marianne, tu diriges l’équipe avec une efficacité et un aplomb incroyable.

Vous me manquerez tous!

Haut de page