Sylvie Frigon, Vice-doyenne aux études supérieures

Sylvie Frigon, Vice-doyenne études supérieures

Les étudiantes et les étudiants sont au cœur de la mission du Bureau des études supérieures. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que nous soulignons les accomplissements de l’année, y compris les bourses d’importance reçues des trois grands conseils subventionnaires du Canada : le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

À ces trois bourses d’études supérieures s’ajoutent des bourses du Programme d’études supérieures du Canada Vanier remises à Sophie Fobert (étudiante en psychologie) et Guillaume Deschênes-Thériault (étudiant en science politique).

Trois de nos diplômées et diplomés ont aussi remporté un prix pour la qualité remarquable de leur thèse. Stephanie Piamonte, diplômée récente du programme de doctorat en criminologie, a remporté le prix Pierre Laberge décerné pour la meilleure thèse de doctorat en sciences sociales. Mme Piamonte a intitulé sa thèse Wicked Words and Illegal Imaginings: A Genealogy of Obscenity In Which a Criminological Case Study of Fanny Hill Is Conducted). Daniel Pierre-Charles Crépault, diplômé récent du programme de doctorat en criminologie, s’est vu accorder le Prix de Joseph De Koninck (Doctorat) pour sa thèse de doctorat, intitulée Myth Making, Juridification, and Parasitical Discourse: A Barthesian Semiotic Demystification of Canadian Political Discourse on Marijuana. Marieliv Flores Villalobos, diplômée récente du programme de maîtrise de l’Institut d’études féministes et de genre, a quant à elle reçu le Prix de Joseph De Koninck (maîtrise) pour sa thèse de maîtrise, intitulée The Stories of the Forced Sterilizations in Peru: The Power of Women's Voices.

Nous ne pourrions célébrer aucun succès du genre sans la détermination et le travail des étudiantes et étudiants, de leur superviseur et superviseuse, des membres des comités de bourses, du personnel de nos neuf unités et du Bureau des études supérieures. Leurs efforts remarquables méritent tous nos remerciements.

Au cours de la prochaine année, plusieurs nouveaux candidats et candidates au doctorat bénéficieront d’un financement supplémentaire offert par la Facultédans le cadre de leur admission. Une somme approximative de 860 000 $ leur a été distribuée sous forme de bourses, de bourses d’admission internationales et d’offres compétitives afin d’attirer les meilleures candidatures dans nos programmes. Cet investissement nous permettra de les soutenir financièrement au courant de l’année qui s’amorce.

L’Université est emballée par la création des microprogrammes d’études supérieures prévue pour l’année à venir. Ce projet permettra à la Faculté d’offrir des cours ou des activités de recherche qui rehausseront les compétences de sa communauté étudiante dans une discipline spécifique ou un microprogramme interdisciplinaire sans avoir à remplir les exigences d’un grade complet. Les acquis pourront ensuite être reconnus et transférés dans un programme menant à l’obtention d’un grade pour ceux et celles qui le souhaitent. Nous développons actuellement des microprogrammes en anthropologie, sociologie, en affaires publiques et internationales, de même qu’en études politiques et administration publique. Ces microprogrammes comprendront jusqu’à 9 crédits associés à une série de cours ou une combinaison de cours de niveau supérieur, d’activités de recherche ou d’activités pratiques. Nous sommes réellement emballés par cette nouveauté.

La santé mentale étant d’une importance cruciale, particulièrement en ces temps sans précédent, nous sommes ravis d’avoir eu l’approbation d’embaucher une ou un psychologue pour soutenir les étudiantes et étudiants de deuxième et troisième cycle de la Faculté des sciences sociales. Nous croyons que cette initiative leur sera très bénéfique.

L’Université a aussi apporté des changements importants à ses bourses d’admission; nous espérons pouvoir vous en dire davantage dans les prochains mois. Nous avons le plaisir d’annoncer dès maintenant des changements au financement offert aux doctorantes et doctorants. Le recrutement de nos futurs étudiants et étudiantes passe par un meilleur soutien financier.

Comme vous le savez, l’Université tient à continuer d’offrir une éducation de calibre mondial tout en garantissant votre santé et votre sécurité. Pour cette raison, les cours auront lieu à distance cette année, mais nous tenons à vous assurer que toutes les mesures ont été prises pour vous permettre de poursuivre votre cheminement dans les meilleures conditions malgré la pandémie.

Sylvie Frigon, Ph. D.
Vice-doyenne, Études supérieures

Haut de page