Réseau de recherche en politiques sociales

Réseau de recherche en politiques sociales

Cet axe de recherche s’intéresse à l’effet des politiques sociales et des institutions qui les déploient sur le cours des vies humaines ainsi qu’à l’influence simultanée des individus, des groupes et des institutions sur l’action publique sociale.  Les politiques sociales sont ici interrogées par leur nature, incluant les notions plus courantes de besoins, de bien-être, de protection et d’inclusion sociale qui se rapportent aux questions de solidarité, de justice, de liberté et de droits.  Elles sont également abordées par le biais de la construction des enjeux sociaux eux-mêmes et leur conversion en objet de politique où, idées, acteurs et cadrages participent à leur formulation et transformation.

Membres

Directrice

  • Nathalie Burlone est professeure agrégée à l'École d'études politiques de l'Université d'Ottawa dans le programme d'administration publique. Elle s'intéresse particulièrement à l'élaboration des politiques publiques et au choix des instruments d'action publique. Ses recherches analysent le processus d'élaboration des politiques publiques par le biais de la construction des représentations sociales associées aux enjeux publics. Ses travaux portent entre autres sur la façon dont les choix publics influencent certains groupes sociaux et conditionnent leurs parcours et vie et leurs interactions sociales, sur le cadrage des politiques de fin de vie, sur les changements dans la conception de la famille et les types de politiques familiales existantes, sur la gouvernance et la formulation des politiques familiales, sur l'horizontalité dans les contextes de l'action communautaire, de la santé publique et du renouvellement de la gestion publique et enfin, sur l'éthique publique et le choix des instruments.

Collaborateurs

  • Daniel Béland est professeur de science politique et Directeur de l’Institut McGill d’études canadiennes à l’Université McGill. Détenteur d’un doctorat en sociologie politique de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris), il a été professeur invité à l’Université de Brême, l’Université du Danemark du Sud et l’Université d’Helsinki et chercheur invité à l’Université Harvard et l’Université George Washington ainsi qu’au Woodrow Wilson International Center for Scholars. Ses travaux portent principalement sur les transformations du fédéralisme fiscal et de la protection sociale dans les sociétés contemporaines. Il a publié plus de 15 livres et 130 articles dans des revues avec comité de lecture.
  • Mélanie Bourque est professeure au département de travail social de L'Université du Québec en Outaouais. Elle se spécialise en analyse des transformations de l'action publique et en analyses cognitives des politiques publiques. Ses objets plus particuliers d'études sont le régime de citoyenneté, le système de santé et des services sociaux, les politiques familiales et les politiques de sécurité du revenu. Elle est membre du Réseau de recherche en santé des population (RRSPQ), membre régulier du Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) et responsable du CRISES UQO. Ses plus récentes publications portent sur les conséquences des réformes du système de santé et des services sociaux du Québec sur les travailleurs sociaux ainsi que sur les femmes vivant une situation d’instabilité résidentielle.
  • María Verónica Elías est professeure adjointe en administration publique au département d’administration publique du College of Public Policy de l’Université du Texas à San Antonio. Son domaine de recherche est la théorie de l’administration publique et la théorie de l’organisation. Dr. Elía étudie actuellement les questions épistémologiques et ontologiques en administration publique ainsi que la démocratie délibérative et les processus participatifs, mettant l’accent sur la dynamique d’amélioration des quartiers. Ses recherches vont du rôle des organisations à but non lucratif dans la promotion de la citoyenneté en Colombie et en Argentine aux processus de démocratisation en Amérique du Sud et aux politiques d’immigration à la frontière sud des États-Unis. Dr. Elía est chercheuse à l’Institut de Phénoménologie Appliquée pour la Science et la Technologie (Canal Fulton, Ohio), siège au comité éditorial du journal Administrative Theory and Praxis et est critique de plusieurs revues académiques américaines et internationales dans les domaines d’administration publique et de politique publique.
  • Dr. Julia Mourão Permoser est chercheuse postdoctorale au département de science politique de l’Université d’Innsbruck. Ses recherches portent sur la migration, la religion, la théorie politique et les défis que le pluralisme culturel, religieux et moral pose aux sociétés démocratiques libérales. Elle est actuellement membre du projet de recherche « Postsecular Conflits » (IP : Kristina Stoeckl) qui examine le rôle des alliances transnationales des acteurs conservateurs dans les conflits politiques fondés sur des valeurs concernant la vie, la famille et la liberté religieuse. Son futur projet traitera des conflits moraux dans le domaine de la migration. Ses publications les plus récentes portent sur les politiques morales, la religion et les politiques publiques, les politiques migratoires et l’intégration civique.
  • Raymond Tatalovichest professeur émérite en science politique à l’Université Loyola de Chicago. Il a reçu son doctorat à l’Université de Chicago où il a étudié sous Theodore J. Lowi. Sa spécialisation est la politique morale aux États-Unis et au Canada. Parmi ses nombreux ouvrages publiés, il y a le volume coédité « Moral Controversies in American Politics », 4e édition (Armonk, NY: ME Sharpe Publishers, 2011) et son livre co-écrit « The Rise and Fall of Moral Conflicts in the United States and Canada » (Toronto, ON: University of Toronto Press, 2018).
Étudiants

Maîtrise

  • Camille Pique est candidate à la maîtrise en administration publique, avec une Spécialisation en Étude des Femmes. Elle s'intéresse au processus des politiques publiques sur des enjeux féministes ou touchant à la condition des femmes, en France et au Canada. Son mémoire porte plus précisément sur les récentes politiques publiques autour de la prostitution au Canada, et sur les débats qui y sont liés.
  • Danielle Knopfel est étudiante de maîtrise en administration publique. Ses intérêts de recherche ses concentrent sur la politique sociale, et plus particulièrement sur les populations marginalisées et vulnérables. Danielle a completé sa thèse de premier cycle sur le bien-être des enfants dans les familles homosexuelles, espère poursuivre cette recherche au cours de son séjour dans le programme de maîtrise.
  • Brianna Jude est candidate à la maîtrise en administration publique. Ses intérêts de recherche sont ancrés dans la politique sociale et familiale. Dans son important document de recherche, elle espère découvrir les diverses façons dont les politiques en matière de gardes d'enfants sont formulées et la façon dont la formulation de la question détermine les instruments utilisés pour mettre en oeuvre ces politiques dans le contexte canadien.
Publications et activités choisies

Books

 

Jonathan Paquette. (2019). Cultural Policy and Federalism. London: Palgrave.

 

Jonathan Paquette. (2016). Cultural Policy, Work and Identity. The Creation, Renewal and Negotiation of Professional Subjectivities. London: Routledge.

 

Jonathan Paquette and Eleonora Redaelli (2015). Arts Management and Cultural Policy Research. London: Palgrave

 

 

Articles et chapitres

Paquette, J., Wang, D., & Seo, W. M. (2019). Safeguarding memory as intangible heritage: experiences and stories of life on Hong Kong's social. housing estates.  International Journal of Intangible Heritage.14, 87-99.

 

Paquette, J., Lacassagne, A., & Nelson, R. (2018). Legacy and territory: cultural imaginary of land in the region of Laurentides in Quebec. Journal of Canadian Studies. Revue d’études canadiennes. 52(1), 193-216.

 

Jeannotte, M. S. (2017). Caretakers of the Earth: integrating Canadian Aboriginal perspectives on culture and sustainability into local plans. International Journal of Cultural Policy, 23(2), 199-213

 

Paquette, J., Beauregard, D., & Gunter, C. (2017). Positivism as cultural policy: art and social change in the works of Comte and Saint-Simon. Modern & Contemporary France25(1), 15-30.

 

Paquette, J., & Beauregard, D. (2017). Cultural policy in political science research. In The Routledge Handbook of Global Cultural Policy (pp. 39-52). Routledge.

 

Jeannotte, M. S. (2016). Story-telling about place: Engaging citizens in cultural mapping. City, Culture and Society7(1), 35-41.

 

Jeannotte, M. S., & Duxbury, N. (2015). Advancing knowledge through grassroots experiments: Connecting culture and sustainability. The Journal of Arts Management, Law, and Society45(2), 84-99.

 

Jeannotte, M. S. (2015). Transforming communities through the arts: a study of three Toronto neighbourhoods. Cultural Trends, 24(2), 197-201.

 

Duxbury, N., & Jeannotte, S. (2015). Table of Contents for Special Double Issue on Cultural Mapping in Planning and Development Contexts. Culture and Local Governance, 5(1-2).

 

Haut de page