Cours de recherche dirigée du Centre d’études en gouvernance pour les étudiants de 4e année en sciences sociales (FSS 4550)

*** Veuillez noter que nous n'acceptons plus les candidatures pour la session d'automne 2022. Veuillez visiter cette page web en décembre pour les annonces concernant les offres pour la session d'hiver. ***

Les étudiants de quatrième année en sciences sociales ayant une moyenne d’au moins B+ pourront participer à un stage de recherche appliquée sur les thèmes de recherche abordés par le Centre d’études en gouvernance : gestion publique, politiques publiques et gouvernance. Ce stage de recherche est supervisé par un professionnel d'une organisation des secteurs publics ou privés ou d'un organisme à but non lucratif. Les chercheurs affiliés et les chercheurs invités du Centre sont aussi éligibles pour la participation à ce programme. Les stages sont offerts en langue française ou anglaise.

L'étudiant qualifié sera jumelé avec un professionnel expérimenté qui fixera les objectifs du projet avec l’étudiant et le rencontrera régulièrement pour superviser le stage pendant le semestre. L’équivalent d’un cours régulier (3 crédits) sera accordé aux étudiants qui auront réussi à atteindre les objectifs prévus. Le cours de recherche dirigé du Centre d’études en gouvernance est offert par la Faculté des sciences sociales de l'Université d'Ottawa et géré par la direction du centre et son équipe avec le soutien du bureau du vice-décanat aux études de premier cycle. Les étudiants qui sont acceptés dans le programme doivent s'inscrire au cours FSS 4550 (français).

L'objectif principal du programme est de fournir aux étudiants de quatrième année les plus performants une expérience professionnelle concrète en recherche dans les domaines les plus pertinents pour le Centre d’études en gouvernance.

Le nombre d'étudiants participants dépendra de la disponibilité des opportunités de recherche offertes par les organismes d'accueil, les chercheurs affiliés ou les chercheurs invités. En règle générale, le travail sur le projet de recherche sera effectué hors site, par le biais du télétravail, et ne sera pas rémunéré.

Les organisations d'accueil, les chercheurs affiliés ou les chercheurs invités contacteront ou rencontreront régulièrement les étudiants afin d’établir les objectifs du stage et le rapport de travail à remettre pour la complétion du stage. Pour obtenir les crédits du cours, les étudiants devront atteindre les objectifs fixés pour le stage. Le superviseur évaluera le stage et le rapport de recherche soumis par l’étudiant. L’évaluation finale sera déterminée par la direction du Centre d’études en gouvernance responsable de valider la notation finale de l’étudiant en fonction de l’évaluation du superviseur et du rapport de stage remis au centre. La note finale suivra le barème officiel d’évaluation alphanumérique de l’Université d’Ottawa.

Étudiants admissibles et engagements

Pour être admissible, un étudiant doit être inscrit dans la majeure, la spécialisation, la spécialisation conjointe ou la spécialisation en sciences sociales. En outre, l'étudiant doit avoir obtenu 81 crédits. Enfin, l'étudiant doit avoir maintenu une moyenne de B+ (7/10) ou plus au moment de postuler au programme.

Les étudiants doivent s'engager à consacrer environ 100 heures de travail au projet et accepter de rencontrer régulièrement le professionnel désigné par l'organisme d'accueil pour superviser l'étudiant. Les étudiants doivent s’engager à démontrer un niveau élevé de professionnalisme tout au long du projet.

À la fin du projet, les étudiants doivent préparer un bref rapport pour la direction du centre d’études en gouvernance. Ce rapport fera partie de l'évaluation pour la notation du cours. La note du cours sera attribuée par la direction du Centre d’études en gouvernance et doit comprendre les documents suivants:

  • une description d'une page du travail effectué ;
  • une copie de tout rapport de recherche produit par l'étudiant dans le cadre du stage;
  • une évaluation d'une page décrivant la qualité des interactions avec le professionnel chargé de superviser le stage ainsi qu’une description des compétences acquises ;
  • un texte réflexif de deux pages sur les apprentissages acquis et leurs pertinences pour la recherche effectuée au Centre d’études en gouvernance : la gestion publique, les politiques publiques et de la gouvernance..

Le fait de postuler et de se qualifier pour le programme ne garantit pas la participation. Le nombre de projets de recherche disponibles aura une incidence sur le nombre d'étudiants participant à un semestre donné. L'un des critères sera la moyenne cumulative de l'étudiant.

Le mécanisme d'attribution des stages est expliqué ci-dessous.

Organisations d'accueil éligibles et engagements

Les organismes d'accueil admissibles à ce programme fournissent des stages de recherche appliquée dans des domaines liés au champ de recherche du Centre d’études en gouvernance. Toutes les organisations externes à l’Université d’Ottawa sont éligibles. Ce qui n’exclut pas, à l’occasion, de produire des recherches en collaboration avec un professeurs membre du Centre d’études en gouvernance. Mais la supervision et l’encadrement du ou de la stagiaire devra se faire par un professionnel de l’organisation hôte.

Les organismes d'accueil, les chercheurs affiliés ou les chercheurs invités doivent fournir un bref document d'information pour chaque projet de recherche envisagé ainsi que le nom du professionnel chargé de superviser l'étudiant. Cette personne doit au minimum être titulaire d'une maîtrise ou d'un doctorat en sciences sociales, en gestion ou dans un domaine pertinent. Les offres multiples sont acceptées de la part d'une même organisation d'accueil. Pour chaque projet, les informations fournies doivent inclure :

  • le nom et l'adresse de l'organisme ;
  • le nom et le titre de la personne qui supervisera l'étudiant (doit être titulaire d'une maitrise ou d'un doctorat en sciences sociales, en gestion ou dans un domaine pertinent) ;
  • une brève description du projet de recherche et la pertinence pour le Centre d’études en gouvernance ;
  • l'identification de toute qualification spécifique requise de la part de l'étudiant pour pouvoir réaliser le projet de recherche.

Les organismes, les chercheurs affiliés ou les chercheurs invités intéressés à soumettre une offre de projet de recherche dirigé doivent soumettre un projet.

Les projets doivent être entrepris en français, en anglais ou dans un environnement bilingue.

L'organisme d'accueil, le chercheur affilié ou le chercheur invité doit s'engager à rencontrer l'étudiant participant à intervalles réguliers, au moins une fois par semaine, pour évaluer les progrès et orienter l’étudiant.

À la fin du projet, l'organisme d'accueil, le chercheur affilié ou le chercheur invité doit préparer une évaluation des performances de l'étudiant, en justifiant en quelques paragraphe et en précisant l’appréciation selon le barème suivant:

  • a dépassé les attentes (A/A+),
  • a répondu à toutes les attentes et, dans certains domaines, a dépassé les attentes (A-),
  • a réussi sur toutes les attentes (B+),
  • a réussi à répondre aux attentes les plus importantes mais n'a pas réussi à répondre à certaines attentes secondaires (C+/B),
  • a réussi à répondre à certaines attentes, mais n'a pas réussi à répondre à une ou plusieurs des attentes les plus importantes (D+/C/C+),
  • a répondu à certaines attentes secondaires mais n'a pas répondu aux attentes les plus importantes (E/D), ou
  • n'a répondu à aucune des attentes (F).

La direction du Centre d’études en gouvernance validera la note finale pour chaque étudiant du cours.

Processus d'attribution

Le programme n'est pas disponible pendant le trimestre d'été. À l'automne et à l'hiver, le Centre d’études en gouvernance lancera un appel aux organisations d'accueil potentielles pour développer et recevoir des projets de recherche pour les étudiants de 4e année en sciences sociales. Une banque de projets sera constituée et mise à la disposition des étudiants à la mi-août (trimestre d'automne) ou à la mi-décembre (trimestre d'hiver).

Les étudiants intéressés et qualifiés soumettront un formulaire comprenant leurs critères d'éligibilité (derniers relevés de notes de cours), et une lettre d’intention pour les projets disponibles (200 mots maximum). Chaque étudiant peut identifier un maximum de 2 projets (identifiant le premier et le deuxième choix). Une banque d'étudiants qualifiés sera préparée par le Centre d’études en gouvernance en tenant compte de leurs préférences.

La direction du Centre d’études en gouvernance sera chargée d'attribuer un premier tour de jumelage entre les projets de recherche et les étudiants. L'organisation d'accueil devra approuver ou désapprouver le jumelage proposé sur la base du dossier de l'étudiant. Certaines interactions pourraient être nécessaires afin que les intérêts des étudiants et les besoins des organisations d'accueil soient les mieux assortis. Une fois que l'organisme d'accueil aura approuvé l’appariement, l'étudiant se verra proposer une place dans le cours de recherche dirigée.

Le nombre de stages proposés pour une durée donnée peut être inférieur au nombre d'étudiants qualifiés et intéressés. Dans un tel cas, le Centre d’études en gouvernance privilégiera l’excellence du dossier scolaire. Les étudiants qualifiés qui se voient refuser un stage au cours d'un trimestre peuvent se porter candidats pour un autre trimestre. Les étudiants qualifiés seront autorisés à effectuer un seul stage au cours de leur quatrième année. Les étudiants étrangers peuvent participer.

Certaines offres de projets pourraient ne pas être comblées en raison du nombre limité d'étudiants. La direction du Centre d’études en gouvernance en informera alors les organisations concernées, les chercheurs affiliés ou les chercheurs invités. Dans ce cas, l'organisation sera invitée à soumettre son ou ses projet(s) pour le semestre suivant.

Organismes participants et inscription

Les projets suivants ont été confirmés par nos partenaires participant au cours de recherche dirigée du Centre d’études en gouvernance:

Automne 2022

  • Chercheure affiliée invitée au CeG. Projet: Gestion des frontières canadiennes à l'époque de la COVID 19 : Une étude des récits politiques. Ce projet étudie la gestion des frontières au Canada en période de pandémie de COVID 19 grâce à l'étude des récits des intervenants politiques. Dans cette étude dirigée, l'étudiant assistera la professeure dans ses recherches bibliographiques, y compris la lecture approfondie et le résumé de livres, d'articles de revues universitaires, de documents législatifs et de journaux nationaux et locaux analysant la façon dont les frontières canadiennes ont été gérées en période de pandémie de COVID 19. Une attention particulière doit être accordée à la manière dont les politiques de gestion des frontières ont changé depuis que le COVID 19 a été déclaré crise sanitaire, aggravée par d'autres catastrophes, telles que les demandeurs d'asile fuyant les guerres et la famine. L'étudiant explorera les récits politiques de différentes parties prenantes, telles que les représentants élus, les groupes d'intérêts spéciaux.
  • Chercheur affilié, situé aux É-U: Étude de cas pour un chapitre de livre: International City Management Association. Ville de Moncton. Sujet d'étude de cas-Défis de gestion dans une communauté bilingue. L'étudiant.e travaillera avec le professeur Blair ; Marc Landry, directeur municipal de Moncton, N.-B.; et David Johnston, directeur à la retraite de la Ville de Québec. L'étudiant.e recueillera des informations auprès de la Ville de Moncton concernant ses politiques et procédures bilingues, y compris des documents et des entrevues avec des fonctionnaires municipaux. L'étudiant.e interviewera également M. Johnson. Le projet fait partie d'un livre d'études de cas plus vaste qui sera publié par l'International City Management Association. Le professeur Blair rédigera la copie finale de l'étude de cas afin d'en faire une expérience d'apprentissage pour les étudiant.es qui souhaitent devenir gestionnaires municipaux.
  • Forum des fédérations. Projet: Corruption et gouvernance décentralisée/fédérale/multiniveaux. La sagesse conventionnelle sur ce sujet est que la décentralisation de la gouvernance offre des possibilités accrues de prolifération de la corruption en raison d'un manque de surveillance/contrôle central. Mais certaines études suggèrent qu'en pratique, il y a une plus grande responsabilisation lorsque la gouvernance est plus proche du peuple, et donc que la corruption est moins répandue. Il s'agit d'une question particulièrement pertinente dans un contexte de développement dans des pays qui s'engagent dans des processus de décentralisation ou de fédéralisation.
  • Chercheur affilié international: Le projet se concentrera principalement sur la gestion publique et plus particulièrement la gestion des ressources humaines (GRH) et le gouvernement agile. L'étudiant.e devra participer à l'analyse des données recueillies auprès des cadres, des responsables des ressources humaines, des directeurs des ressources humaines et des superviseurs liés aux pratiques de gestion des ressources humaines agiles/innovantes.
  • Chercheur affilié international. Le projet: La gouvernance des questions à tous les niveaux (national, transnational, international) se caractérise de plus en plus par des fonctions qui se chevauchent et des relations en réseau entre différents acteurs. Un exemple est l'impact (parfois significatif) que les acteurs non étatiques peuvent avoir sur les institutions multilatérales centrées sur l'État. De tels exemples nécessitent de s'éloigner des modèles analytiques qui supposent que les États et leurs institutions internationales sont les seules autorités, vers un modèle où un mélange d'acteurs, comme les entreprises, les agences de normalisation et les organisations à but non lucratif, peut également exercer une autorité. Ces dynamiques public-privé nécessitent de reconsidérer notre compréhension de l'autorité, qui fait autorité, comment cela se produit et comment cela fonctionne pratiquement. Grâce à des recherches documentaires et à des revues de bourses récentes sur l'autorité publique, privée et hybride dans la gouvernance (mondiale), l'étudiant acquerra une meilleure compréhension conceptuelle de ce terme fondamental des sciences sociales. L'autorité est la base de la gouvernance, et à travers ce projet, l'étudiant contribuera à l'analyse des formes qu'elle prend et comment elle pourrait être rendue responsable et légitime. Idéalement, l'étudiant devrait être familiarisé avec la conduite de revues de littérature et certains cours antérieurs en sciences politiques.
  • Chercheur affilié. Projet: Ce projet de recherche vise à documenter un aspect trop peu connu de la gouvernance démocratique au Canada : les échanges entre les lobbyistes et les politiciens et fonctionnaires. La contribution du projet à la mission du Centre d’études en gouvernance est double. Premièrement, le projet contribue à élargir les perspectives théoriques dans l’étude des pratiques de gestion et de gouvernance en mettant en lumière le rôle des lobbyistes et des entreprises et groupes d’intérêt qu’ils et elles représentent. Deuxièmement, les recherches réalisées dans le cadre du projet alimentent les discussions sur l’éthique et la transparence des processus de politique publique, notamment en créant des outils de recherche et des bases de données qui sont mis en ligne via le site web du projet (www.lobbyingdemocracy.com). Le projet accorde une importance à la recherche et à la mobilisation des connaissances, mais aussi à la formation des étudiants et étudiantes, comme en témoigne nos collaborations avec des étudiantes provenant d’universités canadienne et européenne.
  • Centre parlementaire. Projet: Le Kenya est un nouvel ajout à nos projets en cours au Ghana et au Togo. Financé par Affaires mondiales Canada, ce projet aidera les députés et le personnel parlementaire à évaluer les écarts en matière d'égalité des sexes, à formuler un processus et à concevoir des outils pour renforcer leur capacité à intégrer des mesures d'égalité des sexes dans l'exercice de leurs fonctions législatives, de surveillance, et rôles de représentation. La portée du travail comprend la participation à la recherche sur le Kenya en développant une analyse des donateurs et l'examen de la Politique nationale sur le genre et le développement pour développer une analyse critique des problèmes actuels de genre au Kenya.
  • Forum sur le droit et la gouvernance de l'eau. Projet: L’étudiant soutiendra l’équipe du Forum de l’Université d’Ottawa sur le droit et la gouvernance de l’eau qui travaille, actuellement, sur la publication du deuxième ouvrage collectif portant sur les enjeux de la gouvernance multiniveau dans la protection, la gestion et le droit de l’eau douce. L’étudiant.e pourrait être amené.e à exercer d’autres tâches qui visent à appuyer les activités semestrielles du forum. L'étudiante doit être bilingue. 
  • Chercheur affilié. Projet : Pratiques de gouvernance des conseils d'administration des organisations à but non lucratif. Cette recherche vise à étudier les pratiques de gouvernance des conseils d'administration des organisations à but non lucratif. Nous cherchons à identifier les « meilleures pratiques de gouvernance » ancrées dans la loi et les principes commerciaux et à identifier l'écart entre les « bonnes » et les « mauvaises » pratiques. La gouvernance des OSBL, pour la plupart, est basée sur le travail bénévole et a la réputation de ne pas être aussi rigoureuse que la gouvernance des conseils d'administration des sociétés privées. On dit souvent qu'il y a plus de rigueur en matière de gouvernance - de surveillance - dans les sociétés à but lucratif en raison des marchés financiers. Cela étant dit, la notion selon laquelle « la gouvernance est la gouvernance » devrait s'appliquer aux sociétés à but lucratif et également aux sociétés sans but lucratif, car elles travaillent souvent dans l'intérêt public et ne paient souvent pas d'impôts.
  • Forum sur le droit et la gouvernance de l'eau. Projet : L’économie bleue : un concept novateur source d’irrigation des politiques publiques ? Étude croisée des Stratégies de l’économie bleue de l’Union africaine (UA) et du Canada. Ce projet de recherche étudie et compare les Stratégies panafricaine et pancanadienne en matière d’économie bleue. Il apprécie surtout leurs processus d’élaboration sachant que l’une est aboutie et que l’autre est en cours de construction. Il sera intéressant de voir si la méthodologie utilisée par les autorités panafricaines peut seoir au Canada et quelles leçons peuvent être tirées en matière d’amélioration de la gouvernance globale de l’eau. Le Canada peut-il s’inspirer de l’Afrique ? Et l’Afrique peut-elle parfaire sa stratégie en s’inspirant du Canada ? Le prisme théorique principalement mobilisé sera celui de l’analyse des politiques publiques. Et plus précisément le paradigme séquentiel initialement formulé par Harold Laswell et enrichi par ses thuriféraires. Dans le cadre de l’étude dirigée, l'étudiant(e) assistera le chercheur dans ses recherches bibliographiques. Cela comprend la lecture approfondie ainsi que la synthèse d'articles de revues universitaires, de documents réglementaires et de journaux nationaux et internationaux.

Hiver 2023

  • Chercheur affilié, situé aux É-U: Recherche sur la gestion des villes canadiennes : collecte de données. Ce projet fait partie d'une étude plus vaste sur la gestion professionnelle des villes au Canada, commencée par le professeur Blair en 2021, avec l'aide d'étudiants du Centre d'études en gouvernance. Le projet de recherche comprend des études de cas de municipalités sélectionnées dans diverses provinces. En collaboration avec le professeur Blair, l'étudiant.e identifiera 5 à 10 municipalités au Canada pour un examen intensif. L'étude de cas se concentre sur l'identification du rôle et de la responsabilité du directeur municipal dans la municipalité, en examinant la collaboration entre les élus et l'administrateur municipal dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques. S'appuyant principalement sur des sources Internet et sur la page Web de la municipalité, l'étudiant.e recherchera des ordonnances locales, des descriptions de poste, des plans stratégiques, des organigrammes, des plans de développement, etc.

Le fait de postuler et de se qualifier pour le programme ne garantit pas la participation. Le nombre de projets de recherche disponibles aura une incidence sur le nombre d'étudiants participant à un semestre donné.

Haut de page