Cours recherche terrain

Grande groupe de participants sourriants du cours de recherche terrain

Cours recherche terrain été 2020

La séance d'information pour les cours recherche terrain de l'été 2020 aura lieu le mercredi 9 octobre 2019 de 19 h à 20 h 30, dans la pièce FSS4007.

Les cours de l'été 2020 seront annoncés lors de notre séance d'information.

Lors de ces cours, les étudiants et étudiantes ont la possibilité de mener une étude indépendante et assistent à des cours, conférences et activités portant sur des questions particulières liées au pays. Ces cours représentent six crédits pour les étudiants et étudiantes du premier cycle et trois crédits pour les étudiants et étudiantes inscrits au deuxième cycle.

Chaque cours peut accueillir un maximum de 15 étudiants.

Brésil

Ce cours examine différentes formes d'inégalité au Brésil et certaines des réponses apportées à ces inégalités par les activistes. Les étudiants découvriront les approches théoriques significatives de la disparité sociale et économique, tout en étudiant de première main la manière dont les activistes au Brésil se sont organisés en associations et mouvements sociaux afin de réduire la pauvreté et d'autres formes d'injustice sociale.

Le cours a trois objectifs interdépendants. 1) Pour mieux comprendre les inégalités, les étudiants utiliseront les villes de Salvador de Bahia et de Rio de Janeiro, ainsi qu’une zone rurale proche d’Itacaré, dans l’État de Bahia, comme études de cas fournissant des connaissances empiriques et une spécificité par rapport aux tendances mondiales. En combinant le travail de terrain et le travail du cours, nous établirons des comparaisons entre le Brésil et d'autres sites internationaux. 2) Le cours invitera les étudiants à explorer de manière créative l'activisme en tant que réponse à l'inégalité. À ces fins, les étudiants apprendront à réfléchir de manière critique sur certains des thèmes qui sous-tendent l'activisme international. Alors que les étudiants déconstruisent certaines formes d'activisme comme problématiques, ils rechercheront également l'inspiration pour construire une société plus juste en écoutant attentivement et en tirant des leçons du travail des groupes basés au Brésil que nous rencontrons. 3) Il s’agit d’un cours intensif de recherche qui permettra aux étudiants d’apprendre et / ou d’affiner leurs compétences fondamentales en sciences sociales telles que l’observation, les entretiens non structurés, la rédaction de notes de terrain et l’intégration de celles-ci à l’ethnographie.

Dans le contexte intégré d'études à l'étranger et dans le format condensé, c'est également une occasion pour les étudiants d'engager des discussions stimulantes et mémorables sur les approches en matière d'inégalité, vers une analyse critique de ce qu'ils apprennent simultanément sur le terrain et dans la recherche interdisciplinaire que se concentre sur la pauvreté. Ensemble, les étudiants développeront des compétences d'observation de terrain, d'analyse et d'écriture, à la manière d'anthropologues professionnels et d'autres ethnographes.

Ce cours est offert en anglais (mais les étudiants francophones sont les bienvenus) aux étudiants du 7 au 25 mai 2020.

Coordonnées de la professeure

Professeur Meg Stalcup
École d'études sociologiques et anthropologiques
mstalcup@uOttawa.ca

Heures de bureau : le jeudi, de 12 h 30 à 14 h 20, et sur rendez-vous
FSS 10008

Plan de cours

Cameroun

Ce cours de terrain en anthropologie vise comprendre les médecines africaines ancestrales et contemporaines au cœur de leurs pratiques avec un approfondissement au sein des médecines bantoues et peuls. Surnommée « l’Afrique en miniature », le Cameroun rassemble des peuples de l’Afrique entière ainsi permettant de comprendre une panoplie de traditions et comment elles se (dés)articulent en un même lieu. 

Le cours s’intéressera à la question du pluralisme médical, de ses agencements culturels, alimentaires et environnementaux indissociables.  En logeant sur les lieux de l’Association de la recherche en anthropologie des médecines africaines (ARAM) en périphérie de la capitale Yaoundé, nous serons situés au cœur des pratiques de son président et guérisseur bantou, ainsi permettant de participer et de comprendre son expertise en action alors que des gens viennent le consulter.  La visite des pratiques de l’ARAM à l’Antenne Lamal Pouguè de la forêt de Bassinglèglé permettra de suivre le processus à partir de la cueillette des plantes jusqu’à leur transformation en remède et un séjour à l’Antenne de Kribi pourra montrer leurs transformations selon les lieux, permettant de comprendre comment les pratiques de l’ARAM se tissent au travers un contexte, une histoire, un présent et des futurs envisageables. Il y aura aussi lieu de participer à certaines pratiques thérapeutiques sonores de la tradition thérapeutique performative Mviet, ainsi que saisir certains enjeux liés aux pratiques biomédicales de la capitale avec des professeurs en philosophie des médecines à l’Université de Yaoundé-1. Enfin, un historien des médecines Peuls nous accompagnera sur les lieux de ses terrains à Ngaounderé afin de rencontrer d’autres guérisseurs et multiplier les perspectives. 

Ce cours est offert en français et en anglais aux étudiants (francophones et anglophones bilingues ou qui ne sont pas complètement bilingues mais comprennent l’autre langue) du 3 au 23 août 2020.

Coordonnées de la professeure

Julie Laplante
École d'études sociologiques et anthropologiques
jlaplan2@uOttawa.ca 

Disponibilité : sur rendez-vous.

Plan de cours

 

Mexique

Comme tous les pays du monde, certaines populations du Mexique subissent de l’exclusion et de la discrimination de la part des groupes dominants de la société mexicaine. Que ce soit les minorités sexuelles, linguistiques, culturelles, visibles ou encore les femmes, les populations migrantes et les réfugiés, de nombreux groupes sociaux vivant au Mexique sont soumis à diverses formes d’injustices, que ce soit légale, sociale, économique, formelle ou informelle, ordinaire ou institutionnalisée, etc.

Axé sur les enjeux de justice sociale, ce cours cherchera à comprendre les inégalités socioéconomiques et les conflits socioculturels du Mexique qui conduisent certains groupes sociaux à être davantage exclu et/ou discriminé socialement, économiquement, juridiquement et institutionnellement. Pour ce faire, nous allons étudier les facteurs sociologique, historique, économique et politique inhérents aux processus d’exclusion et de discrimination. Tout au long du cours, nous analyserons les différentes facettes du processus de minorisation, que ce soit les préjugés, la stigmatisation, l’exclusion, la discrimination, le racisme ordinaire ou encore le racisme institutionnel.

Cette prise de conscience de la réalité vécue par certains groupes minoritaires au Mexique offrira la chance aux étudiant(e)s d’être sensibilisé aux rôles joués par les groupes de revendications et mouvements de résistance de ces minorités pour faire reconnaître leurs droits et améliorer leurs conditions d’existence. Une attention particulière sera ainsi portée aux luttes, défis et opportunités de ces groupes minoritaires, notamment par l’entremise d’interactions avec divers intervenants sur le terrain (ONG/universitaires/étudiants/intervenants), de séminaires interactifs, d’observation terrain et de visites sur le terrain à Mexico et Puebla.

Enfin, les étudiants acquerront des connaissances et des habiletés nécessaires à la réalisation d’une recherche scientifique par l’entremise d’une immersion sur le terrain auprès de l’un ou l’autre de ces groupes minoritaires mexicains.

Le cours est offert en français aux étudiantes et étudiants du premier cycle. Il aura lieu du 26 avril au 16 mai 2020. Une certaine maitrise de l'espagnol est requise.

Coordonnées du professeur

Ce cours est offert en français aux étudiants et étudiantes du premier cycle.

Professeur Patrice Corriveau
Criminologie
Patrice.Corriveau@uOttawa.ca

Pour toutes questions, prière de communiquer avec le professeur Corriveau par courriel.

Plan de cours

Russie

Les tensions politiques croissantes entre la Russie et l’Ouest font que c’est un moment important pour étudier les perceptions russes du monde et de la place de la Russie sur la scène internationale. Pour ce faire, ce cours étudiera l’identité nationale russe, la nature de système politique de la Russie, les opinions russes concernant les affaires internationales contemporaines, et la politique étrangère de la Russie. Le cours examinera des questions telles que : « Est-ce que les Russes considèrent que leur pays fait partie de l’Europe, de l’Asie, de l’Eurasie, ou quelque-chose d’autre encore? Avec quelles autres nations se voient-ils devenir allies à l’avenir? Comment est-ce que les Russes expliquent les tensions croissantes avec les pays de l’Ouest? Quelles solutions voient les Russes pour les problèmes internationaux actuels? Quels sont les directions principales prises par la politique étrangère russe, et quels facteurs et institutions influencent cette dernière? »

Le cours se déroulera en deux parties. La première partie comprendra une semaine de cours introductoires ayant lieu à l’Université d’Ottawa en fin-mai 2019. La deuxième partie sera constituée de séminaires et de visites sur les lieux et prendra place à Moscou au début de juin 2019. Durant ce temps, les étudiant.e.s auront l’opportunité de rendre visite à des institutions comme le Ministère des affaires étrangères de la Russie, à des compagnies des medias russes, et à des musées et sites historiques. Les étudiant.e.s auront également la chance de rencontrer et d’interviewer des personnages publics de la Russie et d’apprendre à connaître le point de vue russe.

Le cours est seulement ouvert aux étudiant.e.s au niveau de la maîtrise. Il est offert uniquement en anglais du 13 mai au 4 juin 2020. Aucune connaissance de la langue russe n’est requise.

Coordonnées du professeur

Professeur Paul Robinson
École supérieure d'affaires publiques et internationales
paul.robinson@uottawa.ca
613 562-5800 poste 4174

Plan de cour

Sénégal

Ce cours examine le défi lié au dividende démographique en Afrique avec l’arrivée massive de jeunes à l’école et sur le marché de l’emploi. Au Sénégal, près de 62% de la population a moins de 25 ans en 2015. Cette jeunesse, dynamique et porteuse d’espoirs se trouve confrontée à une crise économique chronique, un marché de l’emploi bouché et ce alors que de profondes transformations touchent l’institution familiale ainsi que les communautés dans toute leur diversité ethnique et religieuse. Dans ce contexte une part significative des jeunes reste encore en marge du système scolaire conventionnel et, pour ceux qui le fréquentent, celui-ci est loin de leur garantir une entrée sur le marché du travail formel.

Les étudiants exploreront l’intersection entre les transformations des conditions de vie quotidiennes des familles et leurs effets sur les parcours scolaires et professionnels des jeunes : quelles sont les attentes et aspirations des jeunes et de leurs familles? L’école répond-elle à ces attentes?

Dans un contexte de forte mobilité des jeunes grâce, notamment, à l’ouverture massive au numérique, les étudiants aborderont 3 grandes thématiques :
 

  1. Les stratégies familiales et individuelles en matière de scolarisation/accès à l’emploi des jeunes dans un contexte de pauvreté et d’inégalités de genre
  2. Comment les jeunes filles et garçons s’engagent ils dans l’économie et le développement local? L’école ou la formation professionnelle répondent elles aux besoins locaux?
  3. Les défis de l’enseignement supérieur (manque de ressources face à une massification de l’accès au supérieur) et les inégalités d’accès des jeunes femmes à celui-ci en particulier.

Grâce à un séjour intensif sur le terrain, les étudiants seront confrontés au décalage entre les discours internationaux sur les inégalités d’accès à l’école et à l’emploi des jeunes, et les réalités quotidiennes des familles et des communautés. Par l’observation, des entretiens et des échanges stimulants, ils développeront leur sens critique et seront à même de partager leur expérience à travers divers canaux – écriture, audio-visuel – tant auprès du milieu académique que, le cas échéant, professionnel. 

Ce cours est offert en français mais les étudiants anglophones sont les bienvenus pour autant qu’ils puissent communiquer oralement en français. Le cours se déroulera du 4 au 25 mai 2020.

Coordonnées du professeure

Nathalie Mondain
Département de sociologie et d'anthropologie
Téléphone : 613-562-5800 poste 1323
Nathalie.Mondain@uOttawa.ca

Heures de bureau: mercredi de 15h à 16h 30 et préférablement sur rendez vous.
Bureau: Pavillon des Sciences sociales, FSS 10006

Plan de cours

Taïwan (Taipei)

Taiwan et le Canada sont points d’arrivée pour des travailleuses immigrantes répondant à la demande croissante pour les soins à domicile aux personnes âgées. Il important de mieux connaitre la réalité de cette main-d’œuvre, œuvrant dans des conditions de précarité et de vulnérabilité préoccupantes, appelée à croître en importance dans les décennies à venir, à cause des changements de nos démographies et de nos politiques sociales.

Les cours incluent des exposés par des experts, des rencontres avec des acteurs de la société civile qui promeuvent les droits des travailleuses, et des excursions dans les monuments historiques de la capitale, des institutions de santé et sites culturels importants. Les étudiant-e-s prendront la mesure des enjeux liés aux relations de travail et à l’immigration dans une société où les relations de genre traditionnelles changent, et les craintes pour le maintien de l’identité nationale demeurent vives.

Ce cours est offert en anglais aux étudiants et étudiantes de premier cycle du 4 mai au 22 mai 2015.

Coordonnées du professeur

André Laliberté
École d'études politiques
Andre.Laliberte@uOttawa.ca 

Heures de bureau: sur rendez-vous
 

Plan de cours

Haut de page