Cours recherche terrain

Grande groupe de participants sourriants du cours de recherche terrain

Cours recherche terrain été 2019

La date limite pour soumettre une demande est le 19 novembre 2018 avant 16 h.

Lors de ces cours, les étudiants et étudiantes ont la possibilité de mener une étude indépendante et assistent à des cours, conférences et activités portant sur des questions particulières liées au pays. Ces cours représentent six crédits pour les étudiants et étudiantes du premier cycle et trois crédits pour les étudiants et étudiantes inscrits au deuxième cycle.

Chaque cours peut accueillir un maximum de 15 étudiants.

Brésil

Ce cours examine différentes formes d'inégalité au Brésil et certaines des réponses apportées à ces inégalités par les activistes. Les étudiants découvriront les approches théoriques significatives de la disparité sociale et économique, tout en étudiant de première main la manière dont les activistes au Brésil se sont organisés en associations et mouvements sociaux afin de réduire la pauvreté et d'autres formes d'injustice sociale.

Le cours a trois objectifs interdépendants. 1) Pour mieux comprendre les inégalités, les étudiants utiliseront les villes de Salvador de Bahia et de Rio de Janeiro, ainsi qu’une zone rurale proche d’Itacaré, dans l’État de Bahia, comme études de cas fournissant des connaissances empiriques et une spécificité par rapport aux tendances mondiales. En combinant le travail de terrain et le travail du cours, nous établirons des comparaisons entre le Brésil et d'autres sites internationaux. 2) Le cours invitera les étudiants à explorer de manière créative l'activisme en tant que réponse à l'inégalité. À ces fins, les étudiants apprendront à réfléchir de manière critique sur certains des thèmes qui sous-tendent l'activisme international. Alors que les étudiants déconstruisent certaines formes d'activisme comme problématiques, ils rechercheront également l'inspiration pour construire une société plus juste en écoutant attentivement et en tirant des leçons du travail des groupes basés au Brésil que nous rencontrons. 3) Il s’agit d’un cours intensif de recherche qui permettra aux étudiants d’apprendre et / ou d’affiner leurs compétences fondamentales en sciences sociales telles que l’observation, les entretiens non structurés, la rédaction de notes de terrain et l’intégration de celles-ci à l’ethnographie.

Dans le contexte intégré d'études à l'étranger et dans le format condensé, c'est également une occasion pour les étudiants d'engager des discussions stimulantes et mémorables sur les approches en matière d'inégalité, vers une analyse critique de ce qu'ils apprennent simultanément sur le terrain et dans la recherche interdisciplinaire que se concentre sur la pauvreté. Ensemble, les étudiants développeront des compétences d'observation de terrain, d'analyse et d'écriture, à la manière d'anthropologues professionnels et d'autres ethnographes.

Ce cours est offert en anglais (mais les étudiants francophones sont les bienvenus) aux étudiants du 9 au 27 mai 2018.

Coordonnées de la professeure

Professeur Meg Stalcup
École d'études sociologiques et anthropologiques
mstalcup@uOttawa.ca

Trimestre d'automne: le jeudi, de 12 h 30 à 14 h 20
FSS 10008

Plan de cours

Canada - ANNULÉ

La population autochtone au Canada est, de manière générale, plus à risque de connaître des problèmes de santé que la population non autochtone. Beaucoup d’Autochtones vivant en ville ne font par ailleurs pas confiance aux services et au personnel de santé des services publics; ils fréquentent donc peu ces derniers, sauf en cas d’urgence. Cette situation aggrave la disparité de l’état de santé des Autochtones par rapport à celui des non-Autochtones résidant en milieu urbain, les diagnostics étant le plus souvent tardifs, la médication, inappropriée, et le suivi, quasi inexistant.

Ces dernières décennies, dans la foulée de la dénonciation de ces inégalités et de ces injustices, et du mouvement, en parallèle, d’affirmation identitaire et politique des Autochtones au Canada, une variété d’initiatives novatrices ont vu le jour, telle la Clinique Minowé, une clinique de soins pour Autochtones résidant ou étant de passage à Val-d’Or (Québec). En s’installant à l’intérieur des murs d’un centre déjà fréquenté de longue date par les Autochtones de la région (le Centre d’amitié autochtone de Val d’Or), et en développant des modèles de pratiques inspirés des savoirs autochtones, la Clinique Minowé a contribué à une amélioration notable de l’état de santé de la population autochtone de la région. Néanmoins, demeurent des embûches au bon fonctionnement d’une initiative comme celle de la Clinique Minowé, dont la non-reconnaissance, par les instances gouvernementales fédérales et provinciales, de l’autorité et de l’expertise des organisations autochtones dans la conception et la mise en œuvre de services publics.

En examinant, in situ, la genèse et le fonctionnement de la Clinique Minowé, ce cours cherche à sensibiliser les étudiants aux inégalités que connaît la population autochtone au Canada dans le domaine de la santé, au rôle joué par les organisations autochtones pour y remédier, ainsi qu’aux difficultés rencontrées dans ce processus. Corollairement, ce cours vise à introduire les étudiants aux enjeux éthiques de la recherche menée en milieu autochtone, ainsi qu’aux approches méthodologiques le mieux à même de favoriser une véritable décolonisation de la recherche.

Ce cours est offert en français aux étudiantes et étudiants du premier cycle du 20 mai au 11 juin 2019. NOUVEAU

 

Coordonnées du professeur

Karine Vanthuyne
École d'études sociologiques et anthropologiques
kvanthuy@uottawa.ca


Heures de bureau : jeudi 14h30 à 15h30 ou sur rendez-vous
FSS10029

Plan de cours

Irlande du Nord

Depuis la chute du gouvernement en janvier 2017, l'Irlande du Nord (IN) est un lieu particulièrement stimulant pour l’analyse des politiques publiques en raison de la participation active de la fonction publique et des organismes sans but lucratif dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques.  L'IN offre également aux étudiants l'occasion de réfléchir aux enjeux sociaux dans une société post-conflit qui présente plus de stabilité et de sécurité que d'autres zones de conflit, tout en témoignant d'un passé dont l'impact se fait encore sentir dans le développement des politiques sociales.

Le cours vise donc à comprendre comment certains problèmes sociaux contemporains sont résolus dans différents contextes gouvernementaux.  Le cours se concentrera sur des questions sensibles et sur la façon dont elles sont appréhendées et appuyées dans le processus de formulation des politiques en IN (en comparaison avec le Canada).  Le cours est organisé autour de deux axes : 1) une introduction au contexte politique et social de l'Irlande du Nord en mettant explicitement l’accent sur l'élaboration de politiques sociales; 2) une immersion dans deux questions sociales spécifiques : l’insécurité sociale et l’itinérance et la justice sociale par le cas des Magdalene Laundries). 

Le cours comprendra des séminaires (12 heures), des visites de sites historiques et des rencontres avec des acteurs/groupes politiques. Il aura lieu à Belfast, en collaboration avec la School of Applied Social and Policy Sciences de l'Université d'Ulster (campus de Jordanstown et Coleraine). Une visite au Giant’s Causeway est également prévue.

Ce cours est offert en anglais aux étudiants de premier cycle du 4 au 25 mai 2019.

Coordonnées de la professeure

Professeure Nathalie Burlone, Ph.D.
École d'études politiques
nburlone@uottawa.ca

Disponible sur rendez-vous, dans la pièce FSS7006

Plan de cours

Mexique

Comme tous les pays du monde, certaines populations du Mexique subissent de l’exclusion et de la discrimination de la part des groupes dominants de la société mexicaine. Que ce soit les minorités sexuelles, linguistiques, culturelles, visibles ou encore les femmes, les populations migrantes et les réfugiés, de nombreux groupes sociaux vivant au Mexique sont soumis à diverses formes d’injustices, que ce soit légale, sociale, économique, formelle ou informelle, ordinaire ou institutionnalisée, etc.

Axé sur les enjeux de justice sociale, ce cours cherchera à comprendre les inégalités socioéconomiques et les conflits socioculturels du Mexique qui conduisent certains groupes sociaux à être davantage exclu et/ou discriminé socialement, économiquement, juridiquement et institutionnellement. Pour ce faire, nous allons étudier les facteurs sociologique, historique, économique et politique inhérents aux processus d’exclusion et de discrimination. Tout au long du cours, nous analyserons les différentes facettes du processus de minorisation, que ce soit les préjugés, la stigmatisation, l’exclusion, la discrimination, le racisme ordinaire ou encore le racisme institutionnel.

Cette prise de conscience de la réalité vécue par certains groupes minoritaires au Mexique offrira la chance aux étudiant(e)s d’être sensibilisé aux rôles joués par les groupes de revendications et mouvements de résistance de ces minorités pour faire reconnaître leurs droits et améliorer leurs conditions d’existence. Une attention particulière sera ainsi portée aux luttes, défis et opportunités de ces groupes minoritaires, notamment par l’entremise d’interactions avec divers intervenants sur le terrain (ONG/universitaires/étudiants/intervenants), de séminaires interactifs, d’observation terrain et de visites sur le terrain à Mexico et Puebla.

Enfin, les étudiants acquerront des connaissances et des habiletés nécessaires à la réalisation d’une recherche scientifique par l’entremise d’une immersion sur le terrain auprès de l’un ou l’autre de ces groupes minoritaires mexicains.

Le cours est offert en français aux étudiantes et étudiants du premier cycle. Il aura lieu du 5 au 25 mai 2019. Une certaine maitrise de l'espagnol est requise.

Coordonnées du professeur

Ce cours est offert en français aux étudiants et étudiantes du premier cycle.

Professeur Patrice Corriveau
Criminologie
Patrice.Corriveau@uOttawa.ca

Pour toutes questions, prière de communiquer avec le professeur Corriveau par courriel.

Plan de cours

Russie

Russie

Les tensions politiques croissantes entre la Russie et l’Ouest font que c’est un moment important pour étudier les perceptions russes du monde et de la place de la Russie sur la scène internationale. Pour ce faire, ce cours étudiera l’identité nationale russe, la nature de système politique de la Russie, les opinions russes concernant les affaires internationales contemporaines, et la politique étrangère de la Russie. Le cours examinera des questions telles que : « Est-ce que les Russes considèrent que leur pays fait partie de l’Europe, de l’Asie, de l’Eurasie, ou quelque-chose d’autre encore? Avec quelles autres nations se voient-ils devenir allies à l’avenir? Comment est-ce que les Russes expliquent les tensions croissantes avec les pays de l’Ouest? Quelles solutions voient les Russes pour les problèmes internationaux actuels? Quels sont les directions principales prises par la politique étrangère russe, et quels facteurs et institutions influencent cette dernière? »

Le cours se déroulera en deux parties. La première partie comprendra une semaine de cours introductoires ayant lieu à l’Université d’Ottawa en fin-mai 2019. La deuxième partie sera constituée de séminaires et de visites sur les lieux et prendra place à Moscou au début de juin 2019. Durant ce temps, les étudiant.e.s auront l’opportunité de rendre visite à des institutions comme le Ministère des affaires étrangères de la Russie, à des compagnies des medias russes, et à des musées et sites historiques. Les étudiant.e.s auront également la chance de rencontrer et d’interviewer des personnages publics de la Russie et d’apprendre à connaître le point de vue russe.

Le cours est seulement ouvert aux étudiant.e.s au niveau de la maîtrise. Il est offert uniquement en anglais du 27 mai au 16 juin 2019. Aucune connaissance de la langue russe n’est requise.

Coordonnées du professeur

Professeur Paul Robinson
École supérieure d'affaires publiques et internationales
paul.robinson@uottawa.ca
613 562-5800 poste 4174

Heures de bureau: vendredi de 10 h à 12 h, FSS6054

Plan de cour

Taïwan (Hualien)

Ce cours de recherche terrain de trois semaines aura lieu au Collège d’études autochtones de l’Université nationale de Dong Hwa à Hualien, Taïwan, une région avec une grande population autochtone. À travers des cours et des visites sur le terrain, les étudiants acquerront des connaissances sur la signification de l’autochtonie internationale dans le contexte spécifique de Taïwan et de ses communautés locales. Le cours offrira aussi une expérience pratique d’utilisation des méthodes de recherche anthropologiques telles que l’observation participante et la prise de notes sur le terrain. On va visiter les communautés des Païwan et des Rukaï à Taïtung, ainsi que la communauté truku de Skadang à une élévation de 1400 mètres dans les montagnes du Parc national Taroko. Ceci est une escalade assez difficile et raide, mais une occasion sans précédent de connaitre les forêts montagneuse et les gens qui y vivent. Le cours explora plusieurs dimensions de l’autochtonie à Taïwan, telles que la culture, les relations entre l’État et l’autochtonie, le développement, et surtout les enjeux écologiques.

Le cours est offert en anglais aux étudiants et étudiantes du premier cycle du 6 au 24 mai 2019.

Coordonnées du professeur

Scott Simon
Études sociologiques et anthropologiques
613-562-5800 poste 1363
ssimon@uOttawa.ca

Heures de bureau: mercredi, 10h à midi et sur rendez-vous
Bureau: Pavillon des Sciences sociales, FSS 10007

Plan de cours

Tunisie

Depuis janvier 2011, la Tunisie vit des bouleversements politiques et sociaux d’une profondeur telle qu’elle s’éloigne de jour en jour de l’exception autoritaire arabe. Les exploits politiques, juridiques et institutionnels que les Tunisiens ont réussi à construire pendant les sept dernières années ont suscité l’admiration du monde entier. Le succès des Tunisiens ne doit pas être compris seulement dans sa dimension politique. Il doit être aussi compris dans sa dimension culturelle. Autrement dit, non seulement l’élite tunisienne a-t-elle su éviter le piège de la guerre civile qui déchire malheureusement une bonne partie de son voisinage immédiat (la Libye) et lointain (la Syrie, l’Iraq, le Yémen) mais elle a aussi réussi à jeter indirectement les fondements tant attendus d’une réforme de la culture arabo-musulmane, jugée souvent comme incompatible avec l’origine philosophique de la démocratie et les principes fondateurs des droits de la personne. Autrement dit, en se démocratisant, les Tunisiens ont partiellement résolu le problème du partage du pouvoir politique qui depuis 14 siècles est demeuré presque insolvable dans la culture arabo-musulmane. 

Ces avancées incontestablement uniques dans leur genre dans le monde arabe et dans le monde musulman, par leur rapidité et par leur profondeur, ont garanti à la Tunisie le prix Nobel de la paix de 2015. Ils lui ont aussi permis d’entrer dans le club des démocraties à l’échelle planétaire. Après avoir été classée pendant l’ère de la détestable dictature de Ben Ali parmi les 10 pays le plus hostiles à la liberté d’expression, la voilà aujourd’hui classée par le prestigieux Democracy index de la revue anglaise the Economist parmi the Flawed Democracy ou les démocraties imparfaites. Elle a été classée au 57ème rang sur une échelle de 167 pays, avec un score de 6.32 sur 10. Ce qui veut dire dans les faits qu’elle a été classée comme la première, voire la seule démocratie arabe et la cinquième démocratie africaine. Un revirement radical en si peu de temps mérite non seulement d’être salué mais surtout d’être soutenu et protégé par la communauté internationale. Quant à nous les universitaires, il présente pour nous un cas d’étude extrêmement intrigant et intéressant à étudier en même temps.   

Ce cours propose d’aller étudier l’évolution de la situation sur place pendant l’année 2019 qui sera l’année de la troisième élection démocratique après le soulèvement contre la dictature de Ben-Ali et la deuxième selon la nouvelle constitution de 2014.

Ce cours est offert en français aux étudiantes et étudiants de premier cycle, du 3 au 24 mai 2019.

Coordonnées du professeur

Noomane Raboudi
École d'études politiques
nraboudi@uOttawa.ca

Heures de bureau : mardi de 10 h 30 à 12 h 30, FSS 7022

Plan de cours

Haut de page