Le professeur d’anthropologie David Jaclin s’intéresse à une nouvelle époque géologique

Publié le mercredi 21 septembre 2016

David Jaclin

Selon le professeur David Jaclin de l’École d’études sociologiques et anthropologiques, on trouve actuellement plus de tigres en captivité dans le Sud-Ouest des États-Unis qu’à l’état sauvage sur toute la planète. Cette statistique étonnante sur les tigres (il en reste moins de 4 000 à l’état sauvage) reflète la pression exercée sur eux par le braconnage, la disparition des habitats et la dégradation de l’environnement. La protection des tigres « représente le même défi que la protection de toute autre forme de vie qui entre en contact avec les humains », soutient M. Jaclin.


Si quelqu’un est au courant, c’est bien lui. En effet, M. Jaclin, anthropologue, se spécialise dans l’interaction humain-animal et a fondé en 2014 le HumAnimaLab (HAL). Relevant de la Faculté des sciences sociales, ce groupe de recherche pluridisciplinaire bilingue attire des étudiants et des professeurs de toutes les disciplines. Selon le site web du groupe, « [l]’objectif du laboratoire est de cartographier les rapports humains/animaux contemporains et d’enquêter sur la criminalité verte et le trafic international d’espèces menacées ». « Dans ce laboratoire, nous nous intéressons à toutes les formes de vie et à la vie sous toutes ses formes », ajoute M. Jaclin.
 

Lisez la suite de l'article traitant de la nouvelle époque géologique

Haut de page