Ceci ne sont pas les statistiques que vous recherchez: Abel Brodeur, sur le biais de la publication, de la recherche économique et la science de la Uber.

Abel Brodeur reçoit le prix Leamer-Rosenthal Prize for Open Social Science

C’est au cours d’une cérémonie à l’Université Berkeley, tenue le 15 décembre 2016, que le prix Leamer-Rosenthal Prize for Open Social Science, Emerging Researcher a été remis au professeur Brodeur. Ce prix, d’une valeur de 10 000$ a été créé en l’honneur du professeur Edward Leamer et professeur Robert Rosenthal.

Le professeur Brodeur a gagné ce prix en reconnaissance du son travail intitulé Star Wars (American Economic Journal: Applied Economics).

Félicitations!

*********************************************************************************

Disons que vous regardez les résultats d’un sondage pour vous aider à faire une décision. Est-ce que des études post-secondaires vont garantir un emploi bien payant? Qui va gagner l’élection aux États-Unis,  Hillary Clinton ou Donald Trump? Si les résultats d’un sondage ou d’une étude montrent que, par exemple, 19 étudiants sur 20 munis d’un diplôme post-secondaire ont un salaire plus élevé, il est probable que vous seriez plus enclin à croire les résultats du sondage - et aussi que vous seriez content. Mais, si ce n’était que 12 étudiants sur 20, il est probable que vous seriez moins enclin à croire les résultats. Les chercheurs sont conscients que leurs articles de recherche seront publiés dans de meilleures revues s’ils démontrent des résultats attirants et convaincants – ce qui peut les encourager à jouer avec leurs résultats.

C’est ce problème que le professeur Abel Brodeur a voulu étudier. Pendant son doctorant en sciences économiques, il s’est rendu compte que les chercheurs étaient conscients de cette pratique d’ajustement de donnés. «On ne discutait jamais de ce sujet en classe, et j’ai trouvé qu’il n’y avait pas beaucoup de recherches sur cette pratique.» Avec ses co-chercheurs Mathias Lé, Marc Sangnier et Yanos Zylberberg, professeur Brodeur vient de publier un article intitulé Star Wars : The Empirics Strike Back, un papier qui examine le biais de publication.

Le papier examine les valeurs-p de centaines d’études publiées dans des journaux économiques entre 2005 et 2011 et analyse les caractéristiques des études. Les chercheurs ont trouvé que les valeurs-p avaient une distribution suggérant que des statistiques plus basses ont été ajustées afin de montrer des résultats plus positifs.

 «Malheureusement,» dit le Professeur Brodeur, «vous perdez possiblement la validité de l’étude en essayant de rendre celle-ci plus attrayante à des fins de publication.»

Professeur Brodeur concède que l’ajustement de données est monnaie courant, mais ne veut pas pour autant condamner les chercheurs. Ainsi, le papier a un titre qui fait référence aux films de la Guerre des Etoiles. «Le papier a été discuté dans plusieurs blogs, largement à cause du titre – c’est un sujet sérieux. C’est notre manière de rendre le papier un peu plus léger, rappelant que les économistes répondent simplement aux incitatifs de publier. Et en plus, les chercheurs ont un sens d’humour. On n’est un peu geek.»   

Malgré le fait que certains éditeurs encouragent les chercheurs à soumettre des résultats négatifs (i.e., moins convaincants), le professeur admet qu’il n’attend pas une révolution. «Ça va prendre beaucoup de temps afin de changer cette pratique. Les normes sont difficiles à changer. Toutefois, il y a de plus en plus de nouvelles pratiques telles que les plans de pré-analyses, dans lesquels la méthodologie qui sera utilisée dans l’étude est décrite. Les chercheurs ont donc les mains liées et ne peuvent jouer avec leurs données. Nous voulons simplement que les chercheurs soient plus honnêtes avec leurs résultats, mais ça risque de prendre beaucoup de temps. »

Le Professeur Brodeur travaille présentement sur plusieurs autres projets.  Par exemple, il travaille sur des sujets tels que la prostitution et les effets économiques de terrorisme. Il étudie également les conséquences de l’introduction de la plateforme Uber.

“Il y a quelques études très connues en économie qui étudient l’industrie du taxi à New York. Ils expliquent qu’il est difficile de trouver un taxi lorsqu’il pleut puisque la demande augmente et que les chauffeurs n’aiment pas conduire dans ces conditions. Les chauffeurs de taxi ne sont pas compensés pour conduire lorsqu’il pleut puisqu’ils ne peuvent augmenter leur prix. Mais, avec l’arrive d’Uber, une plateforme dans laquelle les prix augmentent si la demande est plus grande que l’offre, il est maintenant plus facile de se déplacer lorsqu’il pleut. »

Aux étudiants des sciences économiques qui commencent leurs recherches, le Professeur Brodeur leur dit que la recherche est maintenant sans limite.  «Peu importe le sujet qui vous intéresse, les données sont disponibles. Si vous voulez faire de la recherche sur la fiscalité, la prostitution, le système d’éducation… les données sont à votre portée. Les jeunes chercheurs ont maintenant la possibilité d’étudier n’importe quelle question économique, et ce grâce aux données provenant du web. Vous pouvez choisir le sujet de recherche que vous voulez.»

Haut de page